Dax. 13 août (matin). Nouveau triomphe de Baptiste Cissé face à d’extraordinaires José Cruz.

unnamed-5Finale des novilladas sans picadors. Beau trois-quarts d’arène, soleil et prémices de chaleur, deux heures quinze de spectacle.

Quatre erales de José Cruz, le premier, deuxième et quatrième remarquablement présentés, presque des novillos, le troisième parfait, mais un peu plus modeste de gabarit mais récompensé d’une vuelta. Tous d’une noblesse indiscutable à la muleta.

  • Baptiste Cissé (bleu pâle et or), au premier, une entière, une oreille ; au troisième, une entière, deux oreilles et vuelta au toro.
  • David Salvador (rouge et vor), au deuxième, une entière, vuelta ; au dernier, une entière, avis, une oreille.
unnamed-3
Moment d’émotion avec son père après les deux oreilles

Sortie en triomphe par la grande porte des arènes de Baptiste Cissé et de l’éleveur, Rafael Irribaren Basaguren*.

Lorsqu’il quitte l’arène de Dax, par la grande porte des arènes, en triomphe partagé avec Rafael Cruz Iribarren Basaguren, Baptiste Cissé est sacré de fort belle manière, triomphateur du concours de novilladas sans picadors de la Feria 2016. Déjà, avec les novillos de Paul Bonnet, la veille, il avait affirmé ses intentions, mais samedi, avec les excellent erales de José Cruz, on a trouvé un garçon que l’on ne connaissait pas et que l’on imaginait à peine. Il va témoigner d’une nouvelle tauromachie, sa tauromachie. Contrairement à beaucoup qui ont eu des difficultés à montrer leur progression d’une corrida sur l’autre, Baptiste Cissé a prouvé qu’il voulait être torero et qu’il en a les moyens. A Dax, avec une volonté parfois dangereuse, il a affirmé son désir.

unnamed-2Baptiste Cissé ne se laisse pas impressionner par le gabarit de son premier adversaire, en outre très mobile et agressif. Ce sera une faena de lutte qu’il mènera avec beaucoup de calme en imposant à chaque passe sa domination. La cape ne paraît pas sa tasse de thé, deux ou trois véroniques au premier, un peu à l’indentique au suivant, par contre, pour sa dernière sortie, il se détache aux banderilles posées avec beaucoup de classe et d’aficion, évitant la paire suicidaire avec le premier. La faena qui suivra appartient au répertoire des meilleurs moments de la tauromachie. Classique sur ses premiers muletazos, puis inventif en toréant au rythme de la musique… une faena particulièrement réussie sur les deux mains. Cissé aborde au comble de son bonheur de torero… Chaque fois deux mise à mort d’une seule épée, difficile de lui contester le titre de vainqueur du concours 2016.

unnamed-4David Salvador… trop parfait, trop harmonieux, débordant de trop de qualités pour être un vainqueur qui gagne son titre à la force du poignet et de sa muleta. Le garçon est un classique à la cape puis présent sur sa faena mais sans jamais se battre… Leandro Marcos ne le poussera pas dans la voie de la conquête sabre au clair… Il lui a appris ces merveilleuses naturelles, dépouillées, corps relâché dont le novillero nous régale. Un combattant très noble lui permit de rattraper quelques erreurs sur une trinchera ou autre muletazo. Mais Cissé avait pris l’avantage, et sur son dernier eral, il lui fallait tout tenter. Il le fit.

unnamed-1Une porta gayola qui ne fonctionne pas trop bien puis deux largas et quelques véroniques. Complet, courageux, montant sur son adversaire, c’est l’histoire de sa faena de muleta… facilitée par un extraordinaire novillo de Rafael Cruz. Mais malgré tous les grands moments de cette faena il était trop tard pour refaire son retard sur Baptiste Cissé.

Un concours passionnant, avec un beau vainqueur… que l’on attend désormais dans d’autres cartels.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol

* L’élevage est inscrit à la Union sous le nom de José Cruz. Son propriétaire et représentant est Rafaël Irribarren Basagure,