Orthez. 24 juillet (matin). Adame coupe les oreilles, Salenc marque les esprits.

Capture d’écran 2016-07-26 à 08.45.41Novillos d’El Retamar, bien présentés et donnant du jeu. Le troisième fut remplacé par un sobrero du même fer.

Il fallut attendre le quatrième et dernier novillo pour profiter du seul animal intéressant et complet : brave à la pique et chargeant noblement la muleta.

Capture d’écran 2016-07-26 à 08.48.20A quelques semaines de son passage dans la classe supérieure, Luis David Adame est venu sur les bords de l’Adour en roue libre. Avec son premier novillo assez distraido, en bon mexicain, il montra sa maîtrise du capote. Alors qu’une inacceptable poussière avait envahi le ruedo, il brinda sa longue et fade faena au public. Commencée par des cambiadas al centro, et clôturée par des bernadinas, sa faena restera superficielle. Une épée efficace lui permettra d’obtenir le premier trophée de la matinée.

Le troisième novillo fut remplacé après avoir violemment rematé dans un burladero, s’endommageant sûrement les cervicales et altérant sa motricité. Niveau présentation, nous comprîmes rapidement pourquoi ce Retamar avait été mis en sobrero. Le novillero d’Aguascalientes assura le second tercio avant de débuter sa faena  par des statuaires. Luis David s’efforça de maintenir l’étoffe sous les yeux de ce novillo tardo afin d’en tirer quelques séries sans grand relief. Une demi-lame efficace lui permettra de se voir attribuer l’oreille de la Puerta Grande du Pesqué.

Capture d’écran 2016-07-26 à 08.47.54Le premier novillo d’Adrien Salenc sembla d’entrée de jeu fort intéressé par ce qui se passait derrière les planches. Après deux rencontres sous le fer, Adrien se chargea des banderilles, et se fit violement projeter en arrière lors de l’ultime pose al quiebro. Remis de ses émotions, il réalisa une faena intéressante avec des naturelles de qualité avant que son Retamar ne s’éteigne prématurément. Adrien bafouilla avec les aciers (deux pinchazos et 2/3 de lame).

Avec l’ultime, Adrien rivalisa au capote avec son compagnon de cartel. Tel un rejoneador, Gabin Rehabi dut revenir au patio des caballos pour changer de monture, sa nouvelle jument s’avérant peu mobile. L’arlésien valorisa grandement son tercio de piques au cours duquel le novillo s’employa en brave. Soucieux de s’attirer les grâces du public, Adrien débuta sa faena à genoux au centre du ruedo orthézien pour une longue série droitière. Au fil de la faena, le jeune novillero s’affirma, profitant de la noble charge du Retamar, toréant a gusto et nous laissant entrevoir un remarquable poignet gauche. En fin de faena, le cornu partit aux planches qu’il ne voulut plus quitter. Adrien trébucha à nouveau au moment de vérité, mais fut chaleureusement ovationné par l’aficion orthézienne.

  • Prix Michel Mateos du meilleur picador : Gabin Rehabi.
  • Prix du triomphateur : Luis David Adame.

Musique conjointement assurée par l’harmonie orthézienne et la bandas de Tarragona, grande pelea de cuivre au final.

1/2 arène familiale.Présidence beaucoup trop mélomane

  • Luis David Adame (amande et or) : oreille et oreille.
  • Adrien Salenc (grenat et or) : silence et vuelta.

Reseña : Vincent Mèche. Photos : Louise De Zan (louise2z)