Mont-de-Marsan. 22 juillet. Castella et Fandiño les sauveurs avec deux bons toros de Fuente Ymbro.

Capture d’écran 2016-07-23 à 09.12.38Troisième corrida de feria, arènes combles, deux heures quinze de spectacle, température agréable, quelques rayons de soleil en fin de course.

Six toros de Fuente Ymbro, plutôt bien présentés, et bien armés, les trois premiers de tendance manso, le quatrième tardo et les deux derniers parfaits. Tous deux piques, sauf le dernier, trois châtiments. Compliqués à la muleta, à part les deux derniers.

  • Diego Urdiales (funèbre et or), au premier, une entière, silence ; au quatrième, deux pinchazos, une demi-lame et un descabello, silence.
  • Sébastien Castella (bleu marine et or) au deuxième, un pinchazo, une entière, salut et ovation ; au cinquième, une entière, une oreille.
  • Ivan Fandino (paille et or), au troisième, un pinchazo, trois-quarts de lame, silence ; au dernier, une entière, deux descabellos, avis, une oreille. Son banderillero Ivan Garcia a salué au dernier.

On restera plutôt déçus par un lot de Fuente Ymbro qui fut largement en-dessous de sa réputation. Toutefois les deux derniers ont sauvé l’honneur de l’élevage qui avait longtemps sombré dans la mansedumbre.

Capture d’écran 2016-07-23 à 09.13.04Diego Urdiales aura fait les frais d’un rendez-vous manqué. Il n’aura pas eu la chance, comme ses deux compagnons de cartel, de rencontrer « l’âme sœur ». Il avait débuté de façon anodine avec la cape. Mais par la suite ce fut la déroute… celle du toro qui fuyait au moindre mouvement de la muleta. Malgré tous ses efforts, Diego Urdiales fut obligé d’abréger. Guère plus de chance pour sa seconde sortie avec un « Infractor » lent dans ses charges, démarrant avec violence pui s’éteignant. Diego fut contraint d’arracher chaque passe, presque de les voler, mais avec tout cela, bien difficile de construite une faena.

Capture d’écran 2016-07-23 à 09.13.46Sébastien Castella surgit alors que l’on se laissait aller dans l’ennui. Un second adversaire qu’il avait commencé à séduire à la cape maniée en d’amples véroniques avec beaucoup de profondeur et d’harmonie. Histoire de faire monter la pression, il commença une première série, assis sur l’estribo et rapidement le Bitterois prit la main gauche, pour ne la laisser que rarement. Il revint dans un répertoire de lenteur avec une muleta très basse. Ses figures devenaient interminables. Une véritable faena de magicien qu’il s’entêtait à dessiner dans un minuscule terrain au centre de la piste. Beaucoup de bonheur après tant de déception. Un coup d’épée magistral… une oreille la première de la course. Voilà de quoi oublier son premier toro et ses fugues incessantes. Bien sûr il y eut quelques belles figures, mais impossible de trouver un bon tempo.

Capture d’écran 2016-07-23 à 09.13.26Ivan Fandiño concluait avec bonheur cette course. Un second toro qui ne refusait pas le combat et lui permettait, par sa charge rectiligne, d’ouvrir sa faena à genoux. Pour mieux s’arrimer, il laissait les zapatillas et servait d’interminables passes, contraignant l’animal à sa volonté. Dominateur et toujours précis, conduisant la caste et les charges avec précision. Une faena qui sentait les deux oreilles. Malheureusement ce second pavillon il le perdait à l’instant de la mort. Lors de sa première sortie il était parvenu à signer quelques belles naturelles entre deux fuites éperdues de l’animal. Mais une faena qui demeura très pauvre.

Dommage qu’il n’y eut pas assez de Fuente Ymbro au rendez-vous de la Madeleine.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.

Reportage photos : Romain Tastet.