Les Saintes Maries de la Mer. Le Centaure d’Or pour Léa Vicens.

Capture d’écran 2016-07-19 à 10.09.13En léger différé à cause du déplacement à Céret, ci-dessous la reseña et les photos de la corrida de rejon du Centaure d’Or aux Saintes Maries de la Mer.

Température fraîche de fin de temporada, avec du vent où se contrariaient, mistral et tramontane pour la célébration de ce trophée Pommery 2016.

Une minute de silence, a été respectée à la mémoire du matador de toros, Victor Barrio tué récemment à Teruel.

Cartel et toros de luxe pour une alternative réussie, celle de Laury Tisser qui coupa par deux fois une oreille à chacun de ses opposants. Le nîmois sortira à hombros avec Mendoza et Léa qui totalisèrent chacun 2 oreilles, coupées respectivement, à son second pour Pablo et à son premier pour Léa.

Les toros de Fermin Bohorquez, bien présentés, entre 430 et 480 kg, se montrèrent nobles. Ils donnèrent un jeu intéressant et variable, sans grandes difficultés à résoudre.

unnamed-5Le chef de lidia nous paru un peu décontracté à son premier toro. Décontraction qui ne met pas en doute sa maestria. Il en résulta un castigo placé un peu derrière. Le navarrais perdit les trophées à la mort, pour avoir tenté la suerte suprême avec une nouvelle monture, répondant au nom de Manile, un alezan récemment acquis, moins sûr que le fidèle Pirata. Pablo nous a aussi surpris en commettant quelques imprécisions et maladresses, qui lui firent manquer par deux fois le toro, lors de la pose des banderilles qui frappèrent le vide.

On eut l’impression qu’il pêcha par excès de décontraction, semblant croire jouer sur du velours dans ce cartel ne lui inspirant, sans doute, que peu de compétition.

unnamed-10Que nenni !… Léa vint, face à son premier Bohorquez, déterminée et mature pour montrer la spectaculaire progression de sa cavalerie. Deux oreilles couronnèrent une faena rondement menée. Léa avait reçu de main de maître avec Guitarra, par de fabuleux récortes, dans un mouchoir de poche. La yegua lui permit la pose d’un castigo précis. Lors de la pose de banderilles, elle exauça nos vœux formulés en ce début d’année, tant l’engagement et l’aguante de ses montures se matérialisa à nos yeux convaincus.

Que ce soit avec Gacela, Bético, Desafio ou Jasmin elle trouva les bonnes distances. Le bicho ayant plus de mal à s’accoupler avec Bazuka. Le gris essayant de faire passer les cornes de la tête à la queue, aurait eu besoin de plus de participation de son adversaire.

A son second, la faena fut tout aussi intéressante et accomplie, à l’exception du manque de réussite au rejon de mort qui imposa l’utilisation d’un descabello, la privant de récompense. (ovation)

Deux oreilles et deux grandes faenas lui permirent de remporter le trophée Pommery, sans contestation possible, remis en piste par Roland Chassaing en présence de Marie Sara.

unnamed-15Pour revenir à Laury, il tira son épingle du jeu et se montra à la hauteur de l’évènement. Mieux au toro de cérémonie prénommé Mosquetero, il eut un peu plus de mal avec le dernier Bohorquez, un second castigo l’aurait rendu plus pratique.

Bonne équitation, avec des chevaux de qualité tel Zamorin de salida ou Cadabel de banderilles. Le pommelé du fer de Ventura « Chacal » fit une apparition pour une bonne paire de banderilles mais paru moins disponible voire un peu tendu. Globalement, Laury toréa avec à propos et précision, assez à l’aise, malgré la pression tout à fait légitime qui pesait sur ses épaules.

Est-on en droit de penser que le 23 juillet prochain à Méjanes Léa souhaitera enfoncer le clou et s’octroyer le fameux Rejon d’Or, alors que cette édition 2016 rendra hommage aux rejonéadors français ?

Nul doute que Mendoza criera vengeance… Aux Saintes, avec Alquimista et Agora respectivement pour la salida des n° 100 et 62, le premier cheval cité, nous offrit une belle série de changements de pied aux temps, puis avec Berlin et Beluga, Pablo montra la pureté et la rectitude des engagements de face, supportant la charge jusqu’aux cornes, ainsi que l’aisance des déplacements latéraux, hermosina comprise. Avec son second, l’imposant Donatelli et l’agile Disparate, proposèrent des banderilles intéressantes. Pirata en finit avec une bonne lame précédée des courtes traditionnelles et d’une paire à deux mains. (2 oreilles à ce second adversaire).

Il faudra aussi compter avec un Andy Cartagena qui viendra certainement avec l’intention de brouiller les cartes et de les départager. Son style trémendiste devrait mettre le feu aux arènes Paul Ricard !!!

Réponse samedi prochain….

Reseña : Freddy Porte. Photos : Martine Clément.