Tarascon. 10 juillet. Andy Younes et Tibo Garcia a hombros.

_DSC8595Une chaleur étouffante à peine atténuée par l’ombre des platanes, une placita convenablement remplie, notamment par les peñas des trois novilleros venues supporter leur torero.

Les novillos de la famille Jalabert, de présentation hétérogène, ont joué le jeu, à l’exception du lot d’Adrien Salenc qui s’avéra le moins propice au succès des trois.

_DSC8600Avant le début des hostilités, minute de silence en mémoire de l’ancien picador local, Sebastian Martin, et du matador Victor Barrio, mortellement blessé la veille à Teruel, puis remise d’un prix souvenir par le maire de la cité, Lucien Limousin, aux ganaderos et novilleros du jour.

_DSC8611Andy Younes, après un passage en demi-teinte par Pamplona, a manié le capote avec douceur pour la réception du premier Jalabert, dessinant quelques véroniques au ralenti rématées par une larga. Monopique pour ce novillo un peu léger avant un quite du titulaire par saltilleras et revolera. Brindée au ciel, la faena ambidextre du garçon, débutée par les habituelles passes cambiadas, manqua un peu de fond, le passage à gauche relevant un peu le niveau de l’ensemble. Oreille locale après une entière trasera efficace.

_DSC8766Véroniques d’accueil a punto de capote pour recevoir le quatrième qui rencontrera quatre fois la cavalerie pour trois piques prises en poussant, le picotazo du début en sortant seul ne pouvant pas vraiment être comptabilisé. La troisième rencontre fut par contre spectaculaire, le novillo poussant fort par devant le cheval jusqu’aux planches qui cassèrent sous l’effet du choc. Quite d’Andy par faroles et tafalleras. Débutée de rodillas, la faena brindée au public fut plus intense que la première, bien qu’un peu brusque et souvent accrochée. Alternant les deux bords avec plus de présence, l’arlésien termina son trasteo par manoletinas avant un julipié trasero qui fit tomber deux mouchoirs au palco (un de trop mais se justifiant par un premier trophée généreux). Vuelta au novillo.

_DSC8690Tibo Garcia semble s’être re-mentalisé après deux sorties pas vraiment concluantes. Bien au capote lors de la réception par bonnes véroniques et demie, il conduisit le second de la tarde vers le lancier pour deux piques d’inégale intensité. Quite d’Adrien Salenc par delantales et demie. Brindée au maire, la faena prit corps à droite, puis s’étoffa à gauche par de longues naturelles main basse, le garçon courant bien la main sur les deux bords. La soseria du Jalabert enleva un peu de relief au travail du garçon qui termina sa prestation par une entière tendida. Deux oreilles (la raison en aurait donné une, mais il fallait trancher par rapport à l’oreille précédemment octroyée à Younes).

_DSC8800Bonnes véroniques et larga pour accueillir le quinto qui cabecea ensuite lors des deux passages par la cavalerie, sortant seul de la seconde rencontre. Duel au quite avec faroles et demie pour Adrien Salenc, Tibo répliquant par chicuelinas et demies. Brindée cette fois à Juan Bautista de retour de Pamplona, la seconde faena du garçon fut plus brusque et le volume sonore trop élevé. Travail correct et volontaire sur les deux bords mais ne justifiant pas l’oreille accordée après une lame tendida.

_DSC8729Adrien Salenc était attendu après sa belle prestation d’Istres. Il ne fut hélas pas aidé par le bétail. Après correcte réception par véroniques et demie, le bicho fut trop piqué en deux rencontres où il poussa de manière désordonnée. Adrien le doubla genou plié, puis le Jalabert bronco compliqua la tâche du vaillant novillero qui fit front avec beaucoup d’envie et de volonté, à droite comme à gauche. Bajonazo pour la conclusion et salut dépité.

_DSC8810Pas mieux face au sixième, reçu à l’identique, puis mono-piqué à dose homéopathique. Quite du garçon par véroniques et demie, puis brindis au ciel avant d’infructueuses tentatives pour convaincle le novillo un peu tardo de se livrer. Quelques bonnes naturelles à relever dans un ensemble bien terne bien que méritoire. Vuelta après une entière correcte.

_DSC8835Le prix au meilleur novillero de la tarde fut logiquement attribué à Tibo Garcia avant la sortie a hombros clôturant la course.

  • A noter la présence des peñas des trois novilleros, celle d’Andy et celle de Tibo faisant monter la pression au moment de l’attribution des trophées, la troisième n’ayant guère d’occasion de se manifester.
  • Président manquant de sérieux dans son comportement et qui suscita la colère du public à deux ou trois reprises.
  • Novillada avancée d’une heure par rapport à l’heure habituelle en raison de la finale de foot.

Reseña et photos : Paco.

Matin. Erales intéressants des frères Jalabert pour El Azabache (silence aux deux) et Lucas Miñana (oreille et silence). Deux oreilles symboliques pour le jeune Tristan Espigue sans mise à mort.