La Brède. Un triomphe avec des Fuente Ymbro. Diaz … el nuevo Curro !

unnamed-1La Brède-Montesquieu. Arènes combles, nuages et soleil parfois brûlant, deux heures trente de spectacle, corrida compliquée, mais toujours agréable pour l’aficionado débutant.

Sept toros de Fuente Ymbro… Le premier se cassant une corne, mais toréé, en guise de « footing » par Curro Diaz… les six autres de une à deux piques (le premier sobrero). Un comportement plutôt honorable sous la pique. A la muleta parfois compliqués, mais toujours toréables pour celui qui voulait les consentir. Un lot remarquablement présenté et goyesque pour ceux qui se prenaient à rêver dans la soleil couchant !!!

  • Curro Diaz (bleu pétard et or), au premier, rechazé, une demi-lame, quatre descabellos ; au premier bis, une entière, une oreille ; au quatrième, une entière, deux oreilles.
  • Alberto Lopez Simon (bleu marine funèbre et or), au deuxième, une demi-lame, deux descabellos, silence ; au cinquième, un quart de lame, trois descabellos, silence.
  • Joaquim Galdos (Rioja et or), au troisième, un pinchazo, une entière foudroyante, une oreille ; au dernier, trois pinchazos, un avis, une demi-lame, silence.

unnamedLes Fuente Ymbro étaient bien dans leur rôle… mais comment imaginer que le gamin de Linarès avait des envies de triomphe. Mais Il a pénétré en piste avec un étrange sourire, celui de l’homme qui veut triompher, gagner et se jouer du danger. Un schéma simple qui commence à la cape avec prudence mais efficacité pour conduire le toro dans l’amplitude de l’étoffe. La figure va se multiplier et s’affiner à chaque minute qui tombe du chronomètre. La tauromachie de Curro Diaz devient alors une danse, une succession de figures, avec toujours cette muleta enchanteresse qui est là pour se dégager, à l’ultime moment, d’un simple coup de poignet ! Curro Diaz distille ses grandes passes, ses excellents moments… Tout le secret de cette tauromachie réside dans la lenteur du geste. Il fut inégalable avec son second adversaire (1° bis). Par contre avec le quatrième les choses devinrent plus dangereuses. Mais Curro.. Diaz ne connaît pas la peur et ses propositions furent retenues… Trois oreilles au total, de quoi renverser les plus sceptiques. Un excellent moment en Gironde !!

unnamed-5Alberto Lopez Simon n’a pas voulu forcer son talent. Ses premiers capotazos furent servis sur le voyage et il ne tarda pas à se retrouver dans une chorale anarchiste, éminemment sympathique mais profitant de la bonne volonté de l’adversaire… Certes il y eut quelques naturelles découpées aux millimètres qui permirent de faire oublier la faiblesse de certains bichos. En fait il fut intéressant, mais par moments, Alberto Lopez Simon paraissait manquer de cette ressource.

unnamed-2Joaquim Galdos avec son premier adversaire fut énorme sur les deux mains après de sublimes moments de cape. Le garçon connaît tous les petits secrets et sut dessiner une faena avec une immense précision au point de nous faire découvrir un « alphabet » nouveau pour comprendre la tauromachie. Il réussit parfaitement cette première rencontre mais avec les difficultés du dernier, il eut une fâcheuse tendance à reculer et à rompre l’engagement… Pourtant son opposant faisait valoir d’autres qualités.

Une corrida à La Brède qui aura laissé quelques personnes sur leur faim… mais on reviendra, demain à d’autres enseignes.

Pour Curro Diaz, en trois oreilles, ce fut un immense moment… Mais tout était prêt pour partir et revenir, et faire de La Brède la capitale que se cherche l’aficion.