Istres. 18 juin (matin). Adrien Salenc le plus en vue.

_DSC7401La novillada, offerte aux abonnés, a vu le triomphe des trois novilleros engagés, mais on retiendra surtout le belle prestation d’Adrien Salenc qui, seul, méritait la sortie par la Puerta Grande.

Le bétail du jour, partagé entre les deux fers de la famille Laugier, Dos Hermanas (1°, 2° et 6°) et Piedras Rojas (3°, 4° et 5°), de présentation légère, fut à peine piqué (le 4° juste vacciné pour la forme) et donna un jeu satisfaisant pour les novilleros à des degrés divers.

_DSC7129Leo Valadez est un garçon qui manifeste une évidente envie, mais son toreo, souvent varié, souffre de pas mal de maladresses et d’approximations. Après une belle réception du premier par cordobinas genou plié et revolera, il le mit fort joliment en suerte face au cheval par chicuelinas al paso et revolera pour une pique prise en cabeceant. Quite du jeune mexicain par lopecinas et revolera avant un second tiers bien mené par le garçon qui cloua en poder a poder, cuarteo et sesgo por dentro raté reposé en poder a poder. Gagnant ensuite le centre par passes hautes templées, Valadez alterna les deux mains, mais son trasteo manqua de transmission à cause de la soseria de son opposant. Final par manoletinas précédant ene entière contraire traserita. Oreille.

_DSC7317Le quatrième, accueilli par deux séries de véroniques, demie et cordobina, chargea le cheval mais s’en tira avec juste une égratignure. Après un quite un peu torchonné, Valadez invita Adrien Salenc à banderiller, ce que le nîmois fit par un sesgo por fuera, le mexicain clouant la première paire après deux écarts et cuarteant sur la seconde. Débutée par passes hautes de rodillas, doblones genou plié et pecho, la faena se poursuivit à droite par deux séries correctes puis le garçon changea de main pour des naturelles maladroites souvent enganchées. Retour à droite plus satisfaisant avec une arrucina glissé entre les derechazos puis des manoletinas de rodillas pour la conclusion. tiers de lame, entière contraire concluante et une oreille qui ne s’imposait pas et qui fut justement protestée.

_DSC7210Andy Younes a l’air de chercher son modèle et son toreo s’en ressent car il manque un peu de personnalité. On y trouve un peu du Castella en début de faena, du Lopez Simon à la fin, avec une pointe de Juli au moment de l’estocade. Le second le vit dessiner quelques véroniques en paron et une demie, puis un quite par tafalleras, farol et revolera. La faena ambidextre, initiée par deux cambiadas au centre, fut templée, quelquefois dessinée mains basses et en courant la main, puis l’arlésien s’égara dans un toreo encimista sans grand intérêt (du moins pour moi). Entière contraire après pinchazo. Oreille.

_DSC7373Quelques véroniques, demie et revolera pour saluer le cinquième, puis un quite par saltilleras avant une seconde faena d’inégale intensité dont le meilleur restera une poignée de naturelles profondes et templées. Le Piedras Rojas se dégonfla à mi-faena, rendant tout brio impossible. quelques groupies réclamèrent une oreille que le palco attribua sans critères. Protestations du public et petite bronca à la présidence.

_DSC7272Pour sa seconde apparition dans la catégorie, Adrien Salenc a marqué des points. Volontaire, varié, il a affiché une vraie personnalité tout au long de cette matinée. Face au bon troisième, il signa des véroniques engagées, puis après l’unique pique où le bicho s’employa, il intervint pour un quite par véroniques, cordobinas et demie. Brindée à Joaquin Galdos, la faena débuta par ayudadas por alto, puis se poursuivit par de longs derechazos en courant très bien la main. Le Laugier, noble, de charge longue, répéta avec beaucoup d’alegria, à droite comme à gauche, et Adrien se mit à son niveau. Inventif, il sut capter l’attention du public par un engagement de tous les instants, culminant par une estocade canon en pleine croix qui coucha le bicho. Deux oreilles de poids pour le garçon qu’on a hâte de revoir. Vuelta généreuse pour le novillo qu’on ne vit qu’une fois face au cheval.

_DSC7391Le sixième n’était pas du même tonneau. Soso, il se montra désordonné dans le capote, puis sans transmission dans la muleta. Adrien sut lui imposer quelques tandas ambidextres de bon niveau avant de se montrer maladroit avec la rapière en trois assauts. Pinchazo, metisaca latéral et enfin entière en place. Vuelta.

_DSC7398Adrien remporta logiquement le prix Pierre Pouly qui lui fut remis en piste à l’issue de la course.

Fausse note (sans jeu de mots) : la musique qui joua le Concerto d’Aranjuez lors de la première faena d’Adrien Salenc, une musique lente et douce sur un trasteo rythmé, aucun accord dans tout ça. DE plus, les musiciens voulurent rejouer le même morceau pour Andy Younes qui le refusa et en fut déstabilisé. Accompagner musicalement des toreros, c’est aussi un métier !!

Reseña et photos : Paco.