Quand l’Unicef se mêle de la corrida …

Capture d’écran 2016-06-07 à 18.23.36 « Celui qui ne sait pas d’où il vient, ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est »

A notre grande surprise, l’UNICEF France sur pression de l’Alliance Anti-Corrida a pris sa plume pour écrire à la ville de Nîmes afin de lui rappeler une recommandation de l’ONU faite à la France de « ne pas exposer directement les enfants à la tauromachie » suite à la visite de l’exposition ‘‘Tauromachies Universelles’’ qui a eu lieu au Carré d’Art en janvier dernier.

Les Jeunes Aficionados Nîmois rappellent tout d’abord à l’UNICEF que les tauromachies (course camarguaise, landaise, et corrida) en France, sont inventoriées au patrimoine immatériel culturel de la France, font ainsi partie intégrante de la culture des régions où elles se pratiquent et doivent être à ce titre transmises. Enfin, les missions de l’UNICEF sont de : favoriser le plein épanouissement des enfants, notamment en leur assurant santé, éducation, égalité et protection. Intervenir ainsi sur le champ du libre accès à la culture locale et régionale pour les enfants des régions taurines est donc un non-sens total et n’améliorera la condition des enfants dans le Monde.

La jeunesse brûle de passion dans le Sud de la France pour les jeux de taureaux et cette situation dure depuis plusieurs siècles. Jeux d’écarts dans les Landes et le grand Sud-Ouest, de rasets en Provence et Languedoc, et de toreo en commun à ces territoires. De tout temps, la jeunesse a eu besoin de s’identifier à sa terre, et donc à sa culture locale, les tauromachies véhiculent ces valeurs, mais aussi celles de courage, de dépassement de soi, de persévérance et de goût du travail. Elles sont à la fois des modèles d’intégration sociale et des populations qui arrivent dans les régions taurines comme de préservation de l’environnement, des paysages et de la biodiversité par ses modes d’élevages vertueux.

Faire découvrir à des écoliers d’une ville et région taurine, une exposition historique retraçant l’histoire des rapports entre l’Homme et les taureaux depuis les temps de la grotte Lascaux jusqu’à nos jours dans les régions méditerranéennes, est la mission même d’ouverture sur le monde que l’école doit enseigner aux plus jeunes générations. Les Jeunes Aficionados Nîmois saluent donc l’initiative de cette visite par la Ville de Nîmes et les écoles partenaires, ainsi que les créateurs de cette formidable exposition « Tauromachies Universelles » André Viard et l’Union des Villes Taurines.