Boujan. 5 juin (tarde). Oreille de poids pour Manolo Vanegas.

Capture d’écran 2016-06-07 à 07.42.32La deuxième novillada de Toros Y Campo, porteuse du fer de Valverde, était attendue. La bonne sortie de la ganaderia du Curé de Valverde à Alès était porteuse d’espoir pour Boujan.

Hélas la prestation des pupilles de Jean-Luc Couturier ne fut pas à la hauteur de l’attente : les utreros de Coste Haute, de belle présentation, armés, sont sortis décastés et ont gâché la course. Heureusement les novilleros furent à la hauteur, Miguel Angel Leon et Manolo Vanegas surtout, Curro Duran s’avérant un peu vert et peut être à contre-emploi face à ce genre de bétail.

Capture d’écran 2016-06-07 à 07.36.50Miguel Angel Leon signa quelques bonnes véroniques et demie au novillo d’ouverture qui prit ensuite deux piques, trasera la seconde. Bien débutée par passes hautes, la faena fut de correcte facture à droite, le passage à gauche s’avérant plus problématique. L’animal se décomposa ensuite, ne permettant que des muletazos isolés que le novillero dut arracher à l’unité. Tiers de lame, puis demi-ration, les deux à l’horizontale. Silence.

Capture d’écran 2016-06-07 à 07.40.23Le quatrième était un manso sin casta qui sortit seul de deux des trois rencontres avec la cavalerie après quelques véroniques et demie de réception. Volontaire, vaillant, Miguel Angel Leon composa une faena d’inégale intensité, bien sur la corne droite (qui pourtant cherchait l’homme derrière l’étoffe) mais à distance sur le bord opposé. Une demi-ration de fer en place après deux pinchazos mit fin à la vie publique du Valverde. Vuelta.

Capture d’écran 2016-06-07 à 07.37.46Manolo Vanegas, après son succès matinal et une voltereta qui devait encore se faire sentir au niveau physique, entama sa seconde prestation du jour en dessinant quelques véroniques rématées par une serpentina. Après une première ration de fer conséquente et une seconde de moindre intensité, le Valverde afficha des charges courtes et incertaines. Le vénézuélien le mit peu à peu en confiance et améliora son embestida en tirant bien le bras, à droite comme à gauche, parvenant à lier quelques séries ambidextres correctes. Trois-quart latérale au troisième assaut. Silence.

Capture d’écran 2016-06-07 à 07.41.32Le beau quinto n’avait pas plus de caste que ses frères de camada. Il reçut trois puyazos sans s’employer contre le peto puis afficha de mauvaises intentions dans la muleta de Manolo Vanegas qu’on sentit à plusieurs reprises à la merci des cornes. Toujours vaillant et volontaire, le garçon assura. Malgré un derrote en direction du visage en début de faena et des cornes chercheuses, le novillero ne baissa jamais les bras et nous donna le frisson à chaque muletazo. A droite comme à gauche le Valverde dut se plier à la volonté du garçon qui mit fin au combat par une grande estocade en rentrant droit. Oreille de poids et contrat rempli.

Capture d’écran 2016-06-07 à 07.43.39Curro Duran fait partie de ces toreros qui sont capables de toréer joliment (des détails nous le montrèrent) mais qu’on ne saurait (pour le moment peut être) classer dans la catégorie des guerriers. Le troisième Valverde ne se livra pas dans le capote, pas plus face au cheval qu’il affronta sans s’employer après avoir longtemps gratté le sol. Bronco dans la muleta, se défendant de la tête, il ne permit rien au garçon qui essaya tout de même d’arracher quelques muletazos ambidextres au prix d’une voltereta sans conséquences. Demi-lame latérale au second assaut. Silence.

Le sixième, qui gratta aussi le sol au premier tiers, prit deux rations de fer, pompée la première, longue à venir la seconde. Muleta en mains, le novillero sembla vouloir réciter une leçon, mais la lidia, c’est autre chose que du par coeur. Si quelques muletazos nous apparurent de bonne exécution, la domination ne fut pas au rendez-vous, la transmission non plus. Demi-lame à bout de bras, descabello. Silence.

Reseña et photos : Paco.