Boujan. 5 juin (matin). Manolo Vanegas a hombros.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.43.54Changement de catégorie dans la même ganaderia avec le vendredi une novillada sans picadors de José Escolar et le samedi une novillada piquée.

Hélas un gros orage vint contrarier la programmation et c’est donc le dimanche matin que furent lidiés les utreros de José Escolar. Dans l’impossibilité de débarquer et de ré-embarquer le bétail, on craignait qu’une journée dans le camion compromettre la solidité des novillos. Il n’en fut rien, et les animaux sortirent en piste sans paraître plus affectés que cela. Solides sur leurs aplombs, il affichèrent de la caste et poussèrent souvent les garçons dans leurs retranchements.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.32.57Manolo Vanegas, pour sa première novillada de la journée, officiait comme chef de lidia. Il accueillit le premier de cette matinale par véroniques genou plié, accrochée l’une d’entre elles, finissant au centre par demie. Après une première pique un peu longue et une seconde pour la forme, le vénézuélien débuta sans faena comme sa réception, genou ployé, se faisant avertir au passage par un petit extraño. Les séries qui suivirent furent de ce fait assez fermes, à droite comme à gauche, sans concession sur le terrain acquis à l’adversaire. La faena, jouée dans les tons guerriers, s’acheva par une bonne entière concluante enfoncée en deux poussées sur la poignée. Oreille logique.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.38.03C’est par une larga cambiada afarolada de rodillas que Manolo reçut le quatrième avant de le mener vers le centre pour l’y fixer par une demie. L’Escolar mit un peu les reins lors de la première rencontre, sauta vers le cou du cheval à la seconde prise en venant de loin, le tiers s’achevant par un troisième puyazo de courte durée avant un quite du vénézuélien par chicuelinas et revolera. L’Escolar donna le ton d’entrée en venant sur le garçon dès les doblones d’ouverture. Mais il en fallait plus pour décourager Manolo qui reprit l’animal par quatre naturelles, puis lui allongea la charge par quatre longs derechazos. Après deux séries ambidextres, le garçon crut que la partie était gagnée.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.39.07C’était sans compter sur le genio du bicho qui le prit à la sortie d’une naturelle et lui fit faire une impressionnante voltereta, heureusement sans d’autres conséquences que quelques hématomes. L’utrero avait touché l’homme, il le chercha sur les séries suivantes, sans le trouver. Une grosse entière au troisième assaut en place en rentrant droit eut raison du mauvais coucheur qui laissa une oreille dans l’affaire.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.34.36Juan Carlos Carballo était attendu après sa notable apparition à Alès. Il resta inédit au capote lors de la réception du second qu’il fit piquer modestement par deux fois, symbolique la seconde. La faena qui suivit fut d’inégale intensité, avec de bonnes tandas droitières et une paire de séries de naturelles enganchées. Un trasteo qui s’acheva en trois entrées a matar, la dernière concluante par entière contraire latérale. Silence.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.41.17Les véroniques de réception du sixième furent engagées, le garçon pliant joliment le genou avant de mener son opposant vers le lancier pour deux piques, la première prise en poussant. Après trois séries ambidextres, l’Escolar coupa ses charges, obligeant le garçon à fouler son terrain pour un toreo encimista volontaire un peu long. Entière delanterita contraire, descabello. Oreille.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.36.32Tibo Garcia ne nous est pas apparu au mieux de sa forme, affichant une fragilité mentale qui nous désola pour le garçon. Peut-être des restes de son passage à Aire, et donc une seconde confrontation difficile face à un bétail plutôt réservé à des toreros aguerris (Tibo débute dans la catégorie, ceci expliquant sûrement cela). Débordé au capote, il fit piquer deux fois son novillo qui poussa lors de la première rencontre, revenant au cheval pour un second puyazo qui peut être ne se justifiait pas car laissant l’Escolar sur la défensive. Desconfiado, Tibo recula d’entrée, se reprit pour quelques naturelles aidées de bonne facture avant de laisser ce bicho, offrant bien peu d’options, maître du terrain. Pinchazo, demi-lame tendida à bout de bras, quatre descabellos. Silence.

Capture d’écran 2016-06-06 à 19.42.39RAS au capote face au dernier de la matinée avant une pique et un picotazo. Bon début de faena par passes hautes face à un novillo noble et de grande bonté, un peu soso et faiblard, qui arriva à point nommé pour permettre au garçon de reprendre un peu confiance. Il fallait bien ça pour que Tibo se remette en selle. Malgré un désarmé, on eut droit alors à quelques muletazos de correcte facture, mais on sentait que le coeur n’y était pas. Trois-quart tendida. Vuelta.

Jésus Talavan salua au quatrième, El Santo et Manolo de los Reyes en firent autant au sixième.

Manolo Vanegas quitta la placita a hombros sur l’air des « sardines » de Patrick Sébastien. Pas terrible pour accompagner une sortie par la Puerta Grande !!

Reseña et photos : Paco.