Boujan. 3 juin. Intéressante novillada de José Escolar.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.47.19Les gradins s’étaient convenablement remplis hier pour assister à la novillada sans picadors qui ouvrait la feria du novillo de Boujan rebaptisée cette année Toros Y Campo.

Bonne pioche pour les organisateurs qui avaient choisi quatre erales de José Escolar pour ce premier spectacle où la qualité fut au rendez-vous, le troisième novillo d’une grande qualité se voyant honoré de la vuelta al ruedo posthume.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.34.20Le premier novillo de la tarde était le dernier de Carlos Ochoa dans la catégorie des sans picadors, le jeune élève de l’école taurine Marcial Lalanda de Madrid passant en piquée demain à Captieux. Ce bicho encasté et exigeant eut la chance de tomber sur un novillero aguerri qui sut très vite trouver le sitio. Quelques correctes véroniques et demie saluèrent l’entrée en piste de ce premier Escolar qui passa ensuite entre les mains de Pierre Mailhan pour un quite par tafalleras. Brindée à El Fundi et …, la faena débuta par doblones genou plié avant de prendre corps sur la corne droite, puis de s’étoffer sur le bord opposé.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.36.25Bien qu’un peu tardo, le novillo se prêta au jeu, bien que chargeant souvent à mi-hauteur. Le garçon sut courir la main convenablement, libérant bien l’eral en fin de passes grâce à un bon poignet. Il eut, à mon goût, le tort de prolonger un peu trop sa faena, finissant son trasteo dans les terrains de proximité par des muletazos qui n’apportèrent rien à l’ensemble. Un avis sanctionna ces longueurs. Hélas la mise à mort fut laborieuse et le garçon se contenta d’un salut.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.38.27Pierre Mailhan accueillit le second par une larga cambiada de rodillas suivie par quelques véroniques maladroites et une revolera. Un extraño de l’animal faillit lui coûter une cogida. Après trois gaoneras enganchées et une revolera d’Angel Tellez, l’arlésien prit les banderilles pour un poder a poder, un violin et un sesgo por fuera de bonnes exécutions.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.40.02La faena débuta par des derechazos distanciés, Pierre réduisant ensuite la distance pour des muletazos ambidextres volontaires mais souvent de facture approximative. Bonne entière en place au second assaut (la meilleure de la tarde). Palmitas.

Angel Tellez n’aura peut-être pas souvent la chance de croiser sur sa route un adversaire de la qualité du troisième. Bien que de forces limitées, et donc manquant un peu de chispa, l’Escolar se révéla d’une noblesse idéale, chargeant mufle au ras du sable avec beaucoup de temple et de fijeza, un novillo à laisser tous ses attributs dans les mains de celui qui saurait les conquérir. Hélas Angel Tellez ne fut pas vraiment à la hauteur de la tâche, même si son trasteo fut des plus corrects.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.44.45La réception par quelques véroniques et revolera au centre ne fut pas des plus marquantes avant un quite de Rafi (ci-dessus) par véroniques, demie et revolera, et la faena manqua un peu de fond. Le novillo fit une petite vuelta de campana après les doblones d’ouverture, puis poursuivit en mangeant littéralement la muleta du novillero qui ne rémata pas suffisamment ses séries, s’envoyant quelquefois le bicho dessus.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.42.41Certes on apprécia la faena ambidextre, plus peut-être en s’attardant sur les qualités du novillo que sur celles du piéton. On retiendra tout de même à son crédit un brelan de tandas profondes. Hélas un bajonazo mit fin au débat (le novillo aurait mérité meilleure fin), et une vuelta posthume récompensa les qualités affichées. Vuelta aussi pour le garçon visiblement déçu.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.46.08

Le dernier Escolar était un bicho très exigeant qui pesa dans les étoffes. Il lui aurait fallu un adversaire plus confirmé mais il tomba sur un garçon encore vert pour ce genre de confrontation. Loin de moi l’idée d’écrire que Rafi a démérité, mais il fut par moments un peu débordé par l’animal. Accueilli par une véronique et une chicuelina sur le voyage, l’eral passa ensuite entre les mains de Carlos Ochoa pour un quite par véroniques et revolera, puis revint dans celle de l’élève du CFT pour deux poder a poder. Capture d’écran 2016-06-04 à 10.49.05Doublant bien vers le centre, Rafi profita des bons conseils de Patrick Varin pour signer quelques bonnes séries droitières, le passage à gauche s’avérant plus brouillon. Face à ce novillo noble et qui humiliait, il ne fallait pas douter, et on sentit que par moments le garçon avait du mal à garder le sitio.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.50.17Entière contraire au troisième assaut, descabello et oreille pour le novillero après que le bicho ait été arrastré sous les applaudissements du public.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.51.14Rafi remporta le prix offert au meilleur novillero.

Capture d’écran 2016-06-04 à 10.52.10 Capture d’écran 2016-06-04 à 10.53.03

Belle entame de feria. Les absents ont eu tort !

Note : une minute de silence fut observée à l’issue du paseillo en mémoire du matador mexicain Rodolfo Rodriguez « El Pana » décédé la nuit dernière.

Reseña et photos : Paco.