Madrid. 30 mai. Vuelta pour Rafaelillo.

Capture d’écran 2016-05-31 à 07.21.49Il est l’une des valeurs sûres de sa catégorie. Il l’a encore prouvé hier à Madrid.

Rafaelillo s’est imposé devant le quatrième toro d’Adolfo Martin, un animal compliqué face auquel le murciano n’a rien laché, se jouant la peau avec courage et détermination. Le bicho, peut-être trop piqué, vira sur la défensive au dernier tiers, réduisant ses charges et jouant des cornes. Rafaelillo sut le contraindre en allant fouler les terrains de proximité, tirant de valeureux muletazos certes isolés mais de bonne facture. Estocade au second assaut et vuelta qui aurait pu être une oreille.

Le premier Adolfo de la tarde afficha plus de noblesse mais manqua de race et de forces. Faena professionnelle de Rafaelillo dont les meilleures séquences furent droitières. Deux pinchazos, estocade. Silence.

Sébastien Castella faisait le geste de se remettre devant les Adolfo. C’est à souligner, peu le font dans sa catégorie. Le premier toro du biterrois, comme le premier de la tarde, fut noble mais juste de race. Il prit bien les étoffes mais manqua de transmission. La faena de Castella résulta propre, templée et liée, mais se cantonna dans les tons neutres. Palmas après une estocade correcte.

Le quinto ne fut guère meilleur, et n’évolua pas dans le registre de la ganaderia. Noble, docile, il se laissa faire lors d’une faena classique dont émergèrent de belles tandas sur la bonne corne gauche. Salut.

Manuel Escribano débuta sa tarde par la lidia d’un Adolfo fade et un peu compliqué qu’il ne réussit pas à mettre complètement dans les étoffes, le bicho s’y avérant court. Plus de volonté que de brio à mettre au crédit du torero de Gerena qui, de plus, tua mal. Silence.

Le sixième toro ne releva pas le niveau. Fade, chargeant tête haute, il mit en avant la volonté d’Escribano qui une nouvelle fois afficha plus d’envie que de brio. Silence.

(Photo : Javier Arroyo – aplausos.es)