Gamarde-les–Bains. 28 mai. Thomas Dufau repart avec une oreille.

unnamed-1Arènes couvertes, pas de pluie, un parking réservé aux anti-taurins, deux heures vingt de spectacle.

Six toros d’Antonio Bañuelos, remarquablement présentés, très mobiles, de une à deux piques, sans volonté des picadores de tuer l’animal. Mais toutes les piques prises avec une bravoure très remarquable.

  • Pepe Moral (bleu marine funèbre et or), au premier, une entière, applaudissements ; au quatrième, un pinchazo, une entière basse, vuelta.
  • Roman Perez (Rioja et or et argent), au deuxième, quatre pinchazos, une entière, six descabellos silence ; au cinquième, une entière, salut.
  • Thomas Dufau (violet funèbre et or), au troisième, un mete y saca et une entière, une oreille, au dernier, une entière, salut.

Une corrida dont on aurait pu dire que des excellentes choses, mais une corrida où tous les acteurs veulent, désormais, jouer les premiers rangs. Tout cela pour dire que les deux novillos ou vaches de tienta, offerts le matin à Baptiste Molas, étaient dans le registre du plus facile de l’après midi, dans le registre du moins difficile, les diverses versions des Peñas Thomas Dufau nous donnèrent une nouvelle approche de Thomas Dufau.

Mais revenons à cette course du jour.

unnamed-3Pepe Moral s’est rapidement imposé dans ce cartel plutôt facile. D’excellents derechazos, puis continuant à droite il décrit des figures que l’on ne voit que de temps à autre… Mais surtout il parle de son grand-père qui lui a inculqué le sens de la vie. C’est un grand moment de vie sociale que nous avons retrouvé avec ce torero. Sur les deux combats qu’il a dû livrer, Pepe Moral s’est retrouvé dans un milieu d’aficionados où il était en parfaite harmonie.

Ce fut tout l’enjeu de cette course qui pouvait s’arrêter au bon vouloir du président. Mais Pepe a torée divinement bien, avec cette lenteur et ce rythme très particulier avant l’ouverture des fosses communes du franquisme.

unnamed-2Roman Perez (rioja et or avec des touches d’argent), au deuxième, élégant avec un adversaire qui met la tête, suit la muleta et se relêve en fin de série. Un grand toro qu’il tuera mal et c’est dommage car le torero et l’animal méritaient une belle sortie. Avec beaucoup de classicisme il commença sa deuxième sortie. Il s’imposa rapidement sur les parvis mais il fallait durer et ce ne fut pas le cas.

unnamedThomas Dufau ouvrait le dernier chapitre de cette course entre amis. Il fut très allègre, parfaitement sportif pour s’intégrer dans cette nouvelle aventure. Même s’il fut parfait, en ce début de temporada, il doit se demander pourquoi il n’est pas au top ?

Pepe Moral est l’élément inclassable de cette course. Remarquable torero, il est celui qui nous aura séduit et fait vibrer… Mais, samedi, à Gamarde, il manquait du piquant dans ce lot de toro, parfait mais qui avait oublié beaucoup trop de sa bravoure.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.

Reportage photo : Romain Tastet.