Vic Fezensac. 16 mai (matin). Les magnifiques novillos du Lartet avec l’enchanteur «El Galo».

unnamed-1Jérôme Bonnet et son père Paul pouvaient être heureux et satisfaits de la novillada qu’ils ont présentée, hier matin, dans les arènes de Vic.

Trois erales ! Non, trois petits toros, parfaitement typés, harmonieux et bien armés. Le deuxième a été récompensé d’une vuelta alors que Baptiste Cissé venait de lui couper une oreille. Le travail de Baptiste est toujours parfait, très classique mais parfois comme hier, manque un peu d’imagination. On retiendra de sa sortie quelques naturelles séduisantes et une certaine aisance aux banderilles. Le garçon tua d’un pinchazo et d’une entière.

Mais nombreux étaient ceux qui étaient venu voir ou découvrir André Lagravère «El Galo», le jeune Franco-Mexicain. S’il s’était amusé dans des quites à la mexicaine sur le toro de Cissé, par contre on découvrait devant le dernier eral un «El Galo» d’un classicisme parfait au capote, témoignant de beaucoup de douceur et de profondeur dans les vastes plis de sa cape. Il parvenait à imposer son rythme à l’animal. Il relança l’alegria avec trois paire de banderilles posées très spectaculairement. On n’avait encore rien vu car à la muleta la magie reprenait avec des naturelles interminables, entrecoupées de quelques trincheras. Tous ses muletazos furent lents, décomposés et toujours dessinés très bas sur le sable. C’est lui qui rapidement conduisait, à son rythme la charge de l’animal. Malheureusement André doit encore apprendre à tuer. Une mise à mort catastrophique (un pinchazo, une entière et huit descabellos le privaient de trophée. Mais le salut fut chaleureux et il remporta le Prix de l’Avenir … une décision contestée par le public. L’oreille certes, mais une muleta ensorceleuse c’est mieux.

Juan Antonio Romero est passé inaperçu avec son premier toro, superficiel et sans le moindre charme (deux pinchazos, une entière, salut).

FullSizeRender_7

Mais pour l’éleveur du Lartet, trois grands toros et une belle réussite.

Reseña : Jean-Michel Dussol.

Photos : louise2z