Vic Fezensac. 15 mai (tarde). Les Valdellan déçoivent.

_DSC4932Après les bonnes sorties de la devise, le lot de Valdellan était attendu : ils sont venus, ils ont déçu.

Le deuxième, le troisième et le sixième se mirent à boiter, le premier perdant un sabot. Il faudra se poser des questions, comme la veille : fourbure, corrales boueux ou autre ? A l’arrivée, trois toros ne purent s’exprimer et la tarde vira à l’ennui pour une bonne moitié de son déroulement. Les six exemplaires de la devise rencontrèrent plus d’une vingtaine de fois les lanciers, mais sans grand style.

_DSC4899Domingo Lopez Chaves reçut le premier Valdellan par quelques véroniques, le menant au centre pour l’y fixer par jolie demie genou plié. Mis quatre fois en suerte de plus en plus, le toro poussa convenablement puis afficha une bonne noblesse dans la muleta d’un torero ravi de l’aubaine et qui se laissa aller à toréer a gusto, nous gratifiant de quelques mimiques de défi face à un bicho qui n’avait rien d’une brute sauvage. Meilleur sur la droite, le Valdellan s’y laissa faire dans quelques séries lentes et templées. Le passage à gauche resta insignifiant. Belle entière contraire en s’engageant. Arrastre applaudi et oreille pour le torero.

_DSC5006Le second trasteo du garçon fut un ton en dessous. Si les véroniques d’accueil complétées par la demie furent de bon niveau et le tercio de varas bien mené à quatre reprises, la faena distilla l’ennui, le bicho transmettant bien peu, à droite comme à gauche. Entière caida après deux pinchazos. Silence.

_DSC4952José Carlos Venegas resta quasiment inédit sur son premier toro, celui-ci perdant un sabot en début de faena et finissant handicapé. Le garçon abrégea : pinchazo, demi-lame tendida, quatre descabellos. Silence. Il avait auparavant accueilli son opposant par quelques véroniques rématées par demie au centre, puis l’avait envoyé quatre fois au cheval  pour quatre piques correctes, sortant seul de la troisième.

_DSC5061RAS au capote face au quinto qui freinait dans l’étoffe, mais aussi avant d’entrer dans le peto. Lui aussi vint quatre fois à la rencontre du lancier, les deux dernières fois en partant du centre mais sans grand style. La maladresse du picador fut stigmatisée à sa sortie (sifflets). Venegas se lança ensuite dans une faena ambidextre qui connut deux périodes : la première où il pégua des muletazos sans consistance sur les deux cornes, puis une seconde partie où il se croisa et réveilla le public par des derechazos plus engagés, intercalant une passe cambiada par ci ou un changement de main par là, finissant sa faena par statuaires et desprecio. Pourquoi n’avoir pas commencé plus tôt ? Entière tendida en place après avis et une pétition que le palco refusa, écoutant une bronca. Un trophée ne m’aurait pas paru déplacé malgré une prise de conscience des possibilités offertes un peu tardive.

_DSC4986César Valencia est resté lui aussi inédit face au troisième qui se mit à boiter en début de faena, inédit au capote mais aussi lors des mises en suerte lors des trois rencontres avec la cavalerie. Demi-lame caida après deux pinchazos, descabello. Silence.

_DSC5088Le sixième fut changé par un sobrero du même fer pour une boiterie pas vraiment flagrante. Sortit alors un Valdellan manso et compliqué qui mit le vénézuélien en difficultés en freinant dans le capote, puis qui se montra violent dans le cheval, sortant seul des troisième et quatrième rencontres. Valencia doubla genou plié en début de faena, puis tenta la corne droite en quelques derechazos inaboutis. Survint alors une impressionnante cogida où le jeune torero fut soulevé puis repris au sol, le bicho accélérant jusqu’aux planches tant qu’il sentit le piéton à portée de ses cornes. Bilan : cornada de trois trajectoires de 10 cm chacune dans la cuisse droite et lésion au niveau des côtes provoquant un pneumothorax. Après l’avoir châtié, Lopez Chaves expédia le mauvais coucheur d’une trois-quart en place. Silence.

_DSC5097 _DSC5108 _DSC5120