Vic Fezensac. 15 mai (matin). La corrida-concours, creuset de la bravoure.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.07.04Matinée lumineuse pour les amateurs de toros-toros avec une corrida-concours qui a tenu ses promesses et que les vicois auraient eu tort de ne pas conserver au programme.

Vingt-deux rencontres au cheval pour des premiers tiers qu’on ne voit plus ailleurs, à quelques exceptions près, et des toros qui ont tenu la distance malgré les châtiments.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.04.01« Monedo » n° 27 de Manuel Quintas, né en mars 2012.

Le premier toro de cette concours afficha d’entrée son manque de race en s’intéressant peu au capote de Luis Miguel Encabo qui parvint à lui voler quelques véroniques et demie. Deux piques trasera, un picotazo et une pique courte pour ce bicho qu’il fallut obliger en permanence et envoyer malgré lui dans le peto. Chargeant par fusées, venant sur l’homme, ce Quintas n’avait aucune des qualités requises pour figurer à l’affiche, hormis un joli physique. Le chef de lidia lui arracha quelques muletazos méritoires, poursuivit par des passes de châtiment avant de l’occire difficilement : tiers de lame, deux pinchazos et descabello. Sifflets pour les deux opposants, injustifiés pour le piéton, justifiés pour l’animal.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.08.12« Salta Cancela » n° 34 de Los Maños, né en janvier 2012.

Accueilli par bonnes véroniques et demie, il fut ensuite mis en suerte au cheval par Javier Cortes pour une courte ration de fer. Il resta ensuite longtemps dans le peto lors de la seconde rencontre au point qu’on envisagea un quite coleando (pourquoi ne pas l’avoir fait ?). La troisième rencontre vit partir le bicho du toril, la quatrième également, cette dernière donnée avec une pique de tienta pour ménager le toro. Musique et ovation pour Gabin Rehabi qui joua parfaitement sa partition (voir photo du haut). C’est toujours avec une alegria constante qu’il passa l’épreuve du second tiers, permettant à Marco Leal de saluer pour deux grands poder a poder. Deux séries de derechazos déclenchèrent très vite la musique, le « Los Maños » galopant dans la muleta de Javier Cortes avec une grande noblesse. On tenait là assurément un vrai toro d’indulto. Hélas l’animal se dégonfla à l’issue de la première série gauchère distanciée du madrilène et commença à lorgner vers les planches. Le rêve venait de s’achever. Cortes arracha encore quelques muletazos mais la messe était dite. Bajonazo vite retiré pour donner le signal de fin. Le bicho aurait mérité mieux.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.08.59Vuelta du toro et vuelta également du torero accompagné de son picador Gabin Rehabi, auteur d’une prestation qui lui valut le prix accordé au meilleur lancier.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.10.47« Noticiero III » n° 20 de Hoyo de la Gitana, né en octobre 2011.

Ce troisième concurrent freina d’entrée dans la capote de Thomas Dufau qui ne put dessiner une seule véronique. Piqué par Nicolas Bertoli, le toro se montra plus puissant que réellement brave, calculant ses charges et ne s’employant pas à la hauteur présumée de ses forces, ce qui ne l’empêcha pas d’animer un premiers tiers intense où il leva par deux fois le cheval (1° et 3° piques), renversant le groupe à la seconde rencontre et désarçonnant le picador à la quatrième. Nicolas Bertoli fut fort justement applaudi à sa sortie.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.11.45Le bicho ne se livra guère plus dans la muleta du landais qui signa quelques tandas ambidextres de correcte facture mais sans peser sur son opposant qui lui vola du terrain par moments. Entière traserita efficace. Palmitas à l’arrastre et salut au tiers pour Thomas.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.14.06« Macareno » n° 31 de Martinez Pedres, né en mars 2012.

Après quelques véroniques templées et demie d’Encabo, le bicho prit quatre piques correctes sans s’employer et sans qu’on en garde un grand souvenir. Le torero le banderilla efficacement mais sans brio en deux poder a poder et sesgo por dentro. Brindée au public, la faena fut esthétique et templée sur les deux bords mais sans transmission, le maniable Pedres affichant une noblesse un peu fade. Trasteo correct, propre et bien conduit mais sans émotion. Demi-ration de fer tendida, deux descabellos. Arrastre applaudi et salut au tiers pour Encabo.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.16.01« Arquero » n° 51 de Flor de Jara, né en décembre 2010.

Ce quinto jeta les pattes dans le capote de Cortes, prit une première pique sur l’épaule repositionnée, puis deux autres d’intensité moyenne. Après un quite par chicuelinas et demie, et deux belles paires d’Antonio Molina appelé à saluer, Cortes débuta sa faena sur la corne droite du toro qui progressivement s’éteignit et réduisit ses charges. Passage à gauche sans relief. On évolua alors dans une certaine fadeur, le bicho ne transmettant rien. Cortes prolongea sa faena sans parvenir à s’xtirper de la grisaille et conclut sa seconde faena d’une demi-lame contraire concluante. Salut au tiers.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.17.53« Potrico » n° 47 de Pedraza de Yeltes, né en février 2012.

Accueilli par larga de rodillas près des tablas puis véroniques, le dernier toro de cette concours mit les reins sur la première pique puis s’employa un peu moins sur les deux suivantes. Il se jeta ensuite avec beaucoup d’intensité dans la muleta de Thomas Dufau qui eut parfois du mal à aguanter la férocité de son opposant.

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.19.51Il fit front cependant, avec plus de fermeté à droite qu’à gauche où il s’envoya le Pedraza dessus, finissant cogido heureusement sans mal. Reprenant les trastos dans la main droite, le landais signa quelques séries droitières d’inégale intensité se faisant désarmer sur un pecho, avant de conclure par manoletinas. Entière tendida en place. Salut.

  • Prix au meilleur toro pour « Salta Cancela » de Los Maños.
  • Prix au meilleur picador pour Gabin Rehabi.
  • Prix au meilleur subalterne pour Antonio Molina.

Reseña et photos : Paco.