Nîmes. 15 mai (matin). David Mora sauve la matinée.

2016retcordimmatinpentnimes (34)Météo ensoleillée mais ventée. Demi-arène environ. Et à nouveau une alternative, celle de Ginés MARIN avec MORANTE DE LA PUEBLA et David MORA, devant des Zalduendo très justes de présentation et de force. Les 3 diestros salueront à l’issue du paseo.
2016retcordimmatinpentnimes (30)Ginés MARIN accueille son toro de cérémonie, un tostado bisco de présentation très moyenne de 512 kg, de manière brouillonne. Le cornu réalise rapidement une vuelta de campana et va prendre 2 insignifiantes piqures au cheval. Il multiplie ensuite les glissades. Brindis à son piquero avant une entame à droite, en se dirigeant vers le centre de façon agréable. Musique. Ginés MARIN tente ensuite 2 séries à gauche plus brouillonnes avant de revenir à droite et d’en terminer par un desplante et des naturelles aidées. Le toro reste long à fixer, avant une entière delantera. 2 avis, le bicho lutte longuement appuyé à la barrière. 1 oreillette et arrastre applaudie.

Photo : Martine Clément
Photo : Martine Clément

Le dernier de la matinée est plus veleto. 2 courtes piques. Brindis au public. Le bicho semble plus compliqué et derrote. Le jeune maestro se fait d’ailleurs lever et légèrement blesser à la cuisse. Il arrête la musique avant de réaliser quelques bernardinas serrées et d’en finir avec un bajonazo après 5 pinchazos. Salut.

2016retcordimmatinpentnimes (20)MORANTE DE LA PUEBLA hérite d’un moche cornu d’à peine 4 ans qui s’affale à plusieurs reprises. Le Sévillan reste prudent au capote, et même très prudent. A la 1e pique, le bicho finissant à terre sous le cheval, le Palco sort le mouchoir vert. Le sobrero, photocopie conforme du titulaire, est tout aussi faible et le diestro reste tout aussi prudent. La pose des banderilles est compliquée et la faena, ou plutôt la présence en piste de MORANTE, dure montre en main 2 minutes 30 et se termine par un bajonazo d’école, descendu de la Tour Magne. Arrastre sifflée et grand silence au piéton.
La 2e prestation ne mérite même pas de commentaire particulier, et se termine par une demi-épée horrible. Sifflets copieux devant le néant.

unnamed-2
Photo : Martine Clément

David MORA amène élégamment un petit laid de 499 kg au centre par chicuelinas, demi-véronique et revolera. 2 piquettes. Quite par gaoneras et brindis au public. David MORA entame sa faena de muleta par cambiadas au centre et dessine une série droitière qui réveille les étagères, musique. Il continue par derechazos avant de basculer sur la gauche qui s’avère moins fluide. Le toro s’éteignant, il en conclut par une entière trasera efficace. 1 oreille.
Pour son second, au capote, David MORA gagne le centre avec autorité. 2 rencontres avec la cavalerie. Quite de Ginés MARIN. David MORA a un joli geste en brindant sa faena à la doyenne des aficionados âgée de 107 ans, présente en tribune. Malheureusement, le toro se décomposant et rendant l’affaire bien moins fluide, le maestro en est réduit à lui arracher quelques passes avant une entière trasera. Salut.

David MORA, pour son retour dans les ruedos, a fait preuve d’une certaine envie qui a ravi le public et a fortement contrasté avec l’absence de MORANTE DE LA PUEBLA.

Reseña : Christophe Dumond.

Photos : Jean-Pierre Souchon.