Madrid. 13 mai. Roca Rey s’impose pour sa présentation à Las Ventas.

Capture d’écran 2016-05-14 à 15.01.52Le jeune péruvien Andrés Roca Rey a encore frappé, et de manière majuscule, en ouvrant pour sa présentation de matador à Las Ventas une grande porte qu’il avait déjà empruntée lorsqu’il s’était présenté comme novillero (19 avril 2015 : une oreille de chaque novillo de La Ventana del Puerto et José María López, qui plus est, toréant après avoir reçu trois cornadas).

Cette fois, c’est en coupant les deux oreilles de son second adversaire porteur du fer de Conde de Mayalde qu’il s’est imposé face à deux pointures de la catégorie, rien moins que Sébastien Castella et Alejandro Talavante, excusez du peu !

Roca Rey, après un quite par gaoneras, débuta par statuaires une improbable faena dessinée dans un pouce de terrain, toujours à la limite de l’accrochage pour tirer de son opposant la substantifique moëlle. Ne doutant jamais, baissant la main, il sut extraire le meilleur de l’animal, se jetant sur la tête pour laisser une estocade dans tout le haut. Deux oreilles.

Le premier toro du péruvien, celui de la confirmation, était noble mais sans forces et sur la défensive. Après un quite de Castella par chicuelinas, auquel il répondit par talaveranas, Roca Rey brinda au roi Juan Carlos une faena servie dans deux tonalités, alternant clacissisme et tremendisme en se passant le toro à la ceinture, les cornes frôlant le corps gracile du jeune torero. Ovation après une estocade correcte.

Le premier adversaire de Sébastien Castella, deuxième dans l’ordre de sortie, avait des ambitions mais point la force de les exprimer. Après un quite de Talavante et un brindis au roi Juan Carlos, le biterrois composa une longue faena, faisant fi des exigences d’un certain secteur des tendidos en toréant comme il en avait envie. Silence après une lame efficace.

Le premier Mayalde de la tarde fut mal lidié et ne se livra pas dans la muleta de Castella, finissant a menos malgré un trasteo volontaire du français qui n’eut guère d’écho dans les tendidos. On retiendra quelques détails dans un ensemble mal rématé avec la rapière. Nouveau silence.

Alejandro Talavante, inédit au capote, fit ménager le beau troisième par son lancier avant d’entamer directement sa faena par deux séries gauchères de bon niveau. Le niveau du trasteo baissa lors du passage à droite, le toro accusant sa faiblesse par génuflexions. Maladroit avec l’épée, l’extremeño se retira en silence.

Le quinto mit les piétons à l’épreuve dès la réception au capote et durant la brega. Muleta en mains, Talavante aguanta les mauvaises dispositions de son adversaire avec technique et fermeté, imposant notamment au bicho deux tandas gauchères de haut niveau. Son engagement et son courage emportèrent l’adhésion des tendidos qui lui firent attribuer un trophée après une estocade foudroyante.

Les 1°, 2°, 3° et 5° portaient le fer de Nuñez del Cuvillo, les 4° et 6° celui du Conde de Mayalde.

(Photo : Javier Arroyo – aplausos.es)