Dos Hermanas (Séville). Antonio Nazaré indulte « Voltereta » de Torrehandilla.

IMG_4123Les aficionados avaient rempli aux trois-quarts la plaza de toros portative de Dos Hermanas pour assister à l’encerrona bénéfique (pour Javier et Celeste, deux enfants qui souffrent du « Syndrome de Leight ») d’Antonio Nazaré , l’enfant du pays, venu y combattre en solitaire six toros de Torrehandilla (3° et 6°) et Torreherberos (1°, 2°, 4° et 5°).

La corrida commença par la lidia d’un colorado qui chargeait avec une certaine alegria, faisant passer de l’émotion dans les gradins durant la bonne faena de Nazaré qui le toréa très bien à droite, le passage à gauche s’avérant moins convainquant à gauche où le bicho avait moins de dispositions. Oreille après une bonne estocade.

Le second de la tarde était plus exigeant et le sévillan dut se montrer ferme pour s’imposer à l’animal en baissant la main. Nazaré tira le meilleur de cet animal de charge courte, finissant par lui couper les deux oreilles après une lame dans tout le haut.

IMG_3817C’est face au troisième que vinrent les meilleurs moments de la tarde. « Voltereta » fut capté d’emblée par le capote du garçon qui jamais ne relâcha son emprise sur l’animal. Ce Torrehandilla jabonero ne se lassa jamais de charger, galopant dans les étoffes avec fixité, museau au ras du sol. Nazaré sut se montrer à la hauteur de ce grand toro, ouvrant le compas et liant les muletazos avec temple. Pris sous le charme du duo, le public demanda et obtint la grâce du toro, Nazaré se voyant quant à lui attribuer les trophées maxima symboliques.

Le noble quatrième fut un toro collaborateur sans grande alegria car vite éteint. Le garçon assura sans jamais pouvoir accéder à l’excellence. Oreille tout de même après une lame latérale.

Le quinto fut le plus faible de la course. Comme lors de la lidia du précédent, Nazaré se montra professionnel en fut récompensé d’un nouveau trophée après une estocade au second assaut.

Le sixième fit faire une grosse voltereta au natif des lieux en début de faena (diaporama ci-dessus), heureusement sans conséquences. Le toro demandait une main ferme et basse, et Nazaré trouva le sitio et la distance pour donnet à son adversaire ce qu’il réclamait. Finissant par le meilleur coup de rapière de la tarde,c’est par l’obtention d’un double trophée que s’acheva l’encerrona du garçon.

Sortie a hombros bien évidemment avec neuf oreilles et un rabo en poche (dont deux oreilles et rabo symboliques avec indulto à la clé). Une bonne piqûre de rappel aux empresas.

Photos : Joël Buravand