Saint Martin de Crau. 24 avril. Javier Cortes le plus en vue.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.12.52L’après-midi du dimanche à Saint Martin de Crau était consacrée à un hommage à Hubert Yonnet, hommage en piste en début de corrida, puis hommage sous la forme d’un encierro de la devise.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.01.56L’actuelle ganadera de la devise, Charlotte Yonnet, en costume traditionnel, et Myriam, la fille d’Hubert, étaient bien sûr de la fête, entourées d’arlésiennes et de gardians représentant les différentes entités camarguaises (confrérie, éleveurs). Cédric Bernardi, président de La Unica, évoqua au micro la vie de l’éleveur disparu avant de remettre un cadre souvenir à ses héritières.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.03.15 Capture d’écran 2016-04-25 à 12.04.27L’ombre d’Hubert plana donc sur cette course particulière où les pupilles de La Belugo, par leur présence et leurs combats, rendirent plus hommage au ganadero que les toreros du jour, exception faite de Javier Cortes qui fit de son mieux lors de la lidia de ses deux adversaires et qui rata de peu la sortie a hombros, trahi lors de son second combat par sa maladresse avec l’estoc.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.05.42Denis Loré avait tenu à être présent à l’affiche pour cet hommage à Hubert Yonnet. Hélas il fut victime d’un claquage dès les premiers capotazos et dut être évacué vers l’hôpital de Nîmes à l’issue de la lidia du premier toro. N’aurait-il pas été plus raisonnable de céder la place au lieu de combattre en boitillant ce premier Yonnet après l’avoir laissé assassiner à la pique ? Pas grand chose donc à dire de la faena conclue par une quasi-entière latérale et tendida. Silence avant passage par l’infirmerie.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.07.01Serafin Marin eut donc à lidier trois toros. On s’en serait volontiers passé tant le catalan fut ennuyeux lors de ses trois combats. Face au second de la tarde, rien au capote avant un tiers de pique assassin où le picador charcuta le Yonnet sauvagement sous les huées du public (bel hommage au ganadero disparu !). Suivit une faena approximative et ennuyeuse conclue par une trois-quart tendida au second assaut et complétée par un descabello. Silence.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.09.55La prestation du catalan face au quatrième fut du même tonneau. RAS au capote, une pique correcte, puis une seconde en place que le picador rectifia pour enfoncer le fer bien plus en arrière (l’intention de détruire était alors flagrante). Après un quite de Javier Cortes par deux véroniques et demie, Serafin  livra une seconde faena indigeste dont le détail n’a aucun intérêt. Entière tendida. Silence.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.14.36Notre pensum continua au sixième qui fut tout aussi mal piqué que les deux précédents adversaires du torero. Rien à retenir, ni de la réception, ni de la faena. Metisaca, pinchazo, trois-quart tendida. Silence. Ouf, c’était fini ! Un toreo qui mérite le détour … pour l’éviter !!

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.08.27Heureusement figurait au cartel un certain Javier Cortes (apodéré par Stéphane Fernandez Meca) dont les bonnes manières avaient été notées en fin de saison dernière à Vergèze face aux toros de Prieto de la Cal. Il reçut fort bien le troisième par une bonne série de véroniques et demie, le fit piquer correctement par deux fois, intercalant entre les deux rencontres un quite par chicuelinas. La faena ambidextre qui suivit fut de bon niveau, le madrilène s’appliquant à bien courir la main et à templer les charges du Yonnet, lequel baissa de régime au cours de ce dernier tiers. Javier parvint tout de même à lui arracher de bonnes séries avant de l’occire d’une entière caida au second assaut. Oreille.

Capture d’écran 2016-04-25 à 12.11.14Le garçon lidia ensuite son second adversaire en cinquième position, changeant son tour avec Serafin Marin qui eut à combattre le second toro de Denis Loré. Bien au capote, le garçon confia le Yonnet aux bons soins de Gabin Rehabi qui le piqua très bien par trois fois, finissant ovationné et se découvrant à sa sortie en hommage au ganadero disparu. Nouvelle bonne faena ambidextre du garçon avec de bonnes séries droitières et un peu moins de fluidité à gauche, l’ensemble restant de facture plus que correcte. Hélas la conclusion par entière delantera n’arriva qu’au quatrième assaut, refermant la grande porte jusque là entr’ouverte. Vuelta pour le garçon un peu déçu.

Reseña et photos : Paco.