Retour sur le week-end taurin.

Capture d’écran 2016-04-12 à 19.20.47Madrid. 10 avril. Deux vueltas pour Carballo.

On lidiait dimanche à Las Ventas des novillos de Pablo Mayoral, Mercedes Figueroa (2º et 3º, excellent, forte ovation à l’arrastre) et un sobrero (4º bis) de Benjamín Gómez, tous bien présentés et donnant des jeux variés.

C’est Juan Carlos Carballo qui s’est surtout fait remarquer, certes face au meilleur utrero de la tarde, le troisième, mais aussi face au sixième lidié sous la pluie. La première faena du garçon eut le mérite d’être à la hauteur des qualités de l’animal bien que manquant de structuration, un travail qui aurait pu être crédité d’une oreille si l’épée avait trouvé meilleur point d’impact (vuelta). Le mobile sixième chargeait avec transmission mais n’humiliait pas. Carballo toréa avec vaillance et volonté et sa prestation lui valut de faire une nouvelle vuelta après une pétition que le palco refusa de valider.

Andrés Jiménez « Gallo de Córdoba » livra une première partition digne face à un premier novillo noble mais sans grande classe (silence). A noter que le garçon se fit prendre lors de l’entrée a matar (cornada de 15 cm à la jambe gauche) mais qu’il ne rejoint l’infirmerie pour y être soignée qu’à l’issue de la novillada. Le faible quatrième fut remplacé par un novillo de Benjamin Gomez fade et défensif dont il n’y avait pas grand-chose à tirer (nouveau silence).

David de Miranda tomba quant à lui sur un premier opposant aplomado qu’il domina en foulant son terrain mais sans pouvoir vraiment briller  (ovation). Trasteo du même tonneau au maniable quinto face auquel il parvint à lier de bons muletazos ambidextres (nouvelle ovation).

(Photo : Javier Arroyo)

Capture d’écran 2016-04-12 à 19.46.06Aranda de Duero (Burgos). 9 avril. Triomphe de Juan Bautista et de Morenito de Aranda.

Lors du festival au bénéfice de l’Association Espagnole contre le Cancer, Juan Bautista et Morenito de Aranda ont triomphé en coupant chacun les deux oreilles de leurs adversaires respectifs.

Le novillero Angel Sanchez, et les matadors Uceda Leal et Diego Urdiales récoltent un trophée. Ortega Cano reçoit une ovation.

Les novillos du jour portaient le fer de Santiago Domecq.

Capture d’écran 2016-04-13 à 07.11.04Illescas (Toledo). 10 avril. Encerrona réussie pour Cristian Escribano.

S’enfermer avec six toros, un moyen pour certains d’attirer l’attention des empresas en début de saison sur un marché plutôt verrouillé par les figuras. C’est le pari tenté dimanche par Cristian Escribano qui s’est mesuré à six toros de fers différents.

A l’arrivée, six oreilles en poche et l’espoir que certains décideurs auront prêté attention à la performance du garçon. Affaire à suivre …

Ci-dessous le résultat, toro par toro :

  • Antonio San Roman (1º) : oreille.
  • Urcola (2º) : ovation.
  • El Ventorrillo (3º) : deux oreilles.
  • Jose Escolar Gil (4º) : ovation.
  • El Tajo y La Reina (5º) : deux oreilles.
  • Antonio San Román (6º): oreille.

Le torero a servi six lidias différentes, chacune adaptée à l’animal qu’il avaitLes bénéfices de cette encerrona bénéfique seront reversés à la recherche sur les maladies rares.

(Photo : Carlos Pinto)

Nîmes. 9 avril. Rendez-vous en Terres d’Aficion.

Après les ateliers du matin, place l’après-midi à une novillada sans picadors aux accents tricolores avec trois becerros de Malaga et trois de Blohorn pour trois novilleros français.

Adrien Salenc : silence et oreille après deux faenas différentes, plus technique la seconde car face à un adversaire plus compliqué. Echec à la mort au premier.

Dylan Raimbaud : salut et silence. Lui aussi pénalisé par le mauvais usage des aciers, il afficha de nets progrès et livra deux trasteos d’inégale intensité.

El Rafi : oreille et oreille. Lui aussi est en progrès et ses efforts furent récompensés d’un cartilage du troisième, puis d’un autre du sixième après un travail plus abouti.

(Photo : Pauml Hermé – torofiesta.com)