Séville. 8 avril.La seule oreille pour El Juli.

4884188

Face à des toros de Victoriano del Rio et Toros de Cortes (3° et 6°) bien présentés et donnant des jeux divers, seul El Juli parvint à décrocher un trophée, ratant la Puerta Grande à cause d’un échec aux aciers face au cinquième.

C’est au second de la tarde donc que le madrilène coupa une oreille, malgré une lame caida, au terme d’une première faena volontaire où il imposa son autorité et sa technique, sachant mettre à profit avec beaucoup de temple la bonne noblesse de son opposant. Le quinto fut reçu a porta gayola puis s’employa à deux reprises au cheval. El Juli renouvela semblable prestation qu’il termina sur une demi-lame nécessitant l’usage du descabello. Salut après sept coups de verdugo.

Face au premier, Morante de La Puebla signa une belle réception par véroniques maison, puis un beau quite à l’identique auquel El Juli répliqua par chicuelinas. Hélas après les piques le bicho baissa de ton et finit réservé. Morante n’insista pas et l’occit d’une demi-lame et de quatre descabellos (silence). Le quatrième Victoriano ne convainquit personne par son manque de race, mais le torero s’accrocha et parvint à lui arracher quelques beaux muletazos. Mais à nouveau les aciers firent défaut et le garçon fut remercié de ses efforts par les applaudissements du public.

Miguel Angel Perera joua remarquablement du capote au troisième par tafalleras et gaoneras, Morante intervenant par tafalleras et demie d’école. La cuadrilla de Perera s’illustra au second tiers au point que le public appela Javier Ambel, Curro Javier et Guillermo Barbero à saluer. Hélas le toro se dégonfla par la suite et le soufflé retomba. Perera fit l’effort d’arracher de méritoires muletazos au fil des barrières, mais hélas le torero pincha à la mort et l’oreille jusque là possible fut perdue (salut). Le sixième, accueilli a porta gayola, se révéla fade et sans mobolité. Perera tenta de le bouger, sans résultat. Salut après une lame correcte.

(Photo : Gonzalez Arjona)