Madrid. 3 avril. Les beaux gestes de Pablo Aguado.

unnamed-1Les novillos de Sanchez Herrero, de présentation inégale, ont manqué de race et de forces, à l’exception du sixième qui releva un peu le niveau de l’encierro.

Pablo Aguado a été le seul de la terna à tirer son épingle du jeu, principalement face au noble sixième où son toreo classique et de belle exécution ressortit par moments. Salut après une quasi-entière. Le garçon s’était octroyé une vuelta (protestée) à l’issue de la lidia du quasi-invalide troisième après un trasteo où il dut ménager les forces de son adversaire pour signer quelques tandas de correcte facture.

Miguel Angel Leon et Ruiz Muñoz, face à des utreros sans consistance, firent de leur mieux mais sans pouvoir vraiment s’exprimer (silence pour les deux).