Samadet. 13 mars. Tibo Garcia débute par un triomphe.

SAM TRIOMPHEArènes couvertes, gros trois-quarts d’entrée, température fraîche.

Six novillos de Sayalero y Bandrès, bien présentés, le quatrième le plus lourd et le plus long, tous deux piques sauf le premier et le dernier, un seul châtiment. Tous très nobles à la muleta et permettant de bonnes faenas.

  • Carlos Navarro (vert foncé et or) au premier, un mete y saca, deux pinchazos, une entière, Avis, silence ; au quatrième, une entière a recibir, vuelta.
  • Manolo Vanegas (rioja et or), au second, une demi-lame, une oreille ; au cinquième, trois pinchazos, un quart de lame, une entière, avis, salut.
  • Tibo Garcia (blanc et or), au troisième, un pinchazo, une entière, deux descabellos, avis, vuelta ; au dernier, trois-quarts de lame, deux oreilles.

SAM GARCIATibo Garcia n’a pas manqué son entrée dans le monde des novilleros. Hier, dimanche 13 mars, à Samadet (40), il a coupé les deux oreilles de « Partidor », toro de Sayalero y Bandres. S’il n’avait pas réussi sa première mise à mort et avait laissé passer le bénéfice de quelques bons moments, par contre sa dernière estocade venait conclure à point nommé, une faena de bon goût, rapide, enlevée et variée. Dès la cape, avec deux demi-passes parfaites, il donnait le ton de ce qu’il voulait inscrire. Il dessinait quelques séries sur les deux mains, mais chaque fois avec temple, lenteur et surtout beaucoup de rythme. Quelle que soit la main, ses muletazos étaient interminables avec une muleta très basse à la limite de l’équilibre. Du grand art que soulignaient quelques notes de musique. Tibo avait perdu toute l’inquiétude qui avait marqué sa rencontre avec son premier Sayalero y Bandres.

Cette faena qui l’avait conduit au sommet, il a su l’arrêter très vite. Il n’avait plus rien à prouver et comme les grands il partit chercher l’épée. Tibo Garcia a fait forte impression, malgré quelques erreurs que la maturité à venir corrigera naturellement. En outre, il eut l’élégance d’inviter le mayoral à partager sa dernière vuelta. En effet, le lot de Sayalero y Bandres était pétri de qualités et d’une très grande noblesse. Une première grande porte pour sa première novillada piquée, l’avenir s’annonce serein pour Tibo Garcia.

SAM VANEGASManolo Vanegas aurait dû accompagner Tibo pour une sortie en triomphe, mais il devra s’y prendre à cinq reprises pour tuer. Quel dommage avec son dernier toro il avait été parfait sur les deux mains, la gauche se révélant très souvent magique et débordante de sortilèges. Cette main gauche avait déjà fait son succès pour son premier novillo. Il l’avait essentiellement travaillé sur cette main, très souvent se faisant plaisir à conduire l’animal au bout de sa muleta.

SAM NAVARROCarlos Navarro, que lui reprocher ? Trop peu de réussite, d’avoir voulu faire durer ses faenas plus que de raison et d’avoir parfois été trop superficiel. Mais son toreo demeure très agréable et toujours templé. A retenir son parfait recibir pour se débarrasser de son second novillo.

Une novillada qui a beaucoup gagné avec la qualité de l’élevage. Les novillos peuvent revenir sans problème.

Reportage : Jean-Michel Dussol