Le week-end taurin en bref (2).

ponceypablomexMexico. 21 février. Triomphe de Mendoza.

Pablo Hermoso de Mendoza a coupé les trophées maxima pour la quatrième fois dans la Mexico au terme d’une faena parfaite rématée d’un rejon de muerte foudroyant. Il avait déjà coupé un rabo en 2000, 2006 et 2009. Sa première faena aurait pu lui permettre de couper des oreilles mais l’acier fit défaut (salut).

Enrique Ponce dut toréer trois toros du fait du forfait d’El Payo qui ne put estoquer son second adversaire suite à une hernie intestinale, laquelle l’oblige à couper sa temporada. Le valencia coupa une oreille du second toro d’El Payo et sortit a hombros en compagnie de Mendoza malgré un seul pavillon coupé, le public lui étant reconnaissant d’avoir signé une tarde complète malgré deux échecs avec les aciers (palmas et vuelta aux deux toros de son lot).

Fermin Rivera signe une bonne première faena primée d’une oreille mais ne peut doubler la mise face à un second adversaire sans intérêt (silence).

El Payo reçut une ovation à l’issue de la lidia de ce qui sera le dernier toro de sa temporada.

Les toros du jour appartenaient à Teófilo Gómez et Los Encinos (1° et 5°).

(Photo : Emilio Mendez)

Monumental Plaza México, Corrida del 21-feb-2016 from Suerte Matador TV on Vimeo.

talarreygraGuadalajara (Mexique). 21 février. Talavante et Roca Rey a hombros.

Alejandro Talavante et Andrés Roca Rey sont sortis a hombros après avoir coupé chacun deux oreilles à des toros de Jaral de Peñas : deux oreilles et silence pour l’espagnol, oreille avec deux vueltas et oreille avec forte pétition de la seconde pour le péruvien.

Ignacio Garibay, qui complétait la terna, est applaudi à son premier et fait une vuelta à son second.

(Photo: Germán Fernández)

Capture d’écran 2016-02-23 à 10.01.05Vall d’Alba (Castellon). 20 février. Deux oreilles pour Rafaelillo et Gomez del Pilar.

Les toros de Victorino Martin, qui devaient être lidiés à Vall d’Uixo, ont finalement été combattus à Vall d’Alba, un village tout près du premier, pour d’obscures raisons administratives évoquées par la municipalité de la première localité choisie.

Les bichos donnèrent peu de jeu de façon générale, et seuls Rafaelillo et Gomez del Pilar furent en mesure de les exploiter, l’un et l’autre coupant les deux oreilles de leurs adversaires respectifs.

Palmas pour Serafin Marin, salut pour Paco Ramos, ovation pour Salvador Cortes et silence pour Fernando Beltran.

Le festival était un hommage aux cinquante ans de la ganaderia.

(Photo : Mateo)