Lunel. Les bases de la temporada sont posées.

La salle Louis Feuillade de Lunel avait fait le plein jeudi soir pour une soirée débat sur le thème « Quelle temporada pour 2016 ? », une façon de lancer la saison taurine qui voit briller ses premiers feux.

Pour disserter sur le sujet, il avait été fait appel à Jean-Marie Bourret, Pascal Mailhan et Tibo Garcia, votre serviteur (Patrick Colléoni) ayant le rôle de mener le débat.

Joël Moysan, adjoint délégué à la culture, exprima sa satisfaction de voir le quasi « No hay billetes » affiché par cette soirée, puis il présenta les invités avant de rappeler que les traditions taurines dans leur ensemble avaient besoin d’être défendues et que pour cela les arènes de Lunel auraient bientôt un nouvel écrin pour accueillir les spectacles taurins (voir article sur la présentation des nouvelles arènes).

Il fut convenu dès le départ que pour poser les bases de la saison 2016, il fallait s’appuyer sur la temporada 2015. On évoqua donc la saison passée en commençant par les matadors en place pour glisser petit à petit vers l’émergence de nouveaux talents venant bousculer une hiérarchie ayant un peu trop tendance à ne pas vouloir partager le gâteau.

Ainsi les Lopez Simon, Roca Rey, Jimenez Fortes et autres Juan del Alamo ou José Garrido pourraient donner à la temporada 2016 un regain d’intérêt. On regretta un peu le manque de présence des toros choisis par les figuras, même s’il fut admis que toréer ce type de toro n’était pas à la portée du premier torero venu, le plus dur étant de trouver le juste milieu entre des toros trop durs et des toros trop doux.

 

La présence de Jean-Marie Bourret fit glisser inévitablement le débat vers le cas d’Enrique Ponce dont il fut pendant de nombreux lustres un membre inamovible de la cuadrilla. Les nombreuses anecdotes racontées par Jean-Marie donnèrent du piquant au débat, les petites histoires du mundillo étant très appréciées par l’assistance.

lun3La conversation glissa ensuite vers les matadors français, notamment Juan Bautista et Thomas Joubert, puis vers les novilleros, espagnols d’abord, puis français ensuite, le micro revenant tout naturellement à Tibo Garcia qui commenta son parcours en novillada sans picadors avant de donner son sentiment et ses espoirs sur la temporada qui débute.

Pascal Mailhan intervint lorsqu’on aborda le sujet du bétail en commentant la saison passée, puis en évoquant celle qui commence, avec une part belle faite aux élevages français dans quelques ferias, Saint Martin de Crau, Alès ou Lunel entre autres. Sa position d’empresa lui fit aussi bien sûr aborder les problèmes de taquilla, le but d’un organisateur étant bien sûr de remplir les gradins.

Les grandes lignes tirées au bout de plus d’une heure trente d’une discussion des plus intéressantes, il y aurait eu encore de quoi débattre, mais l’heure était venue de se retrouver autour du verre de l’amitié pour y poursuivre les discussions.

Rendez-vous le 2 mars prochain pour la présentation de la saison taurine pescalune.

(Photos : Paul Hermé)