Saint Martin de Crau. Yonnet et les français à l’honneur.

Capture d’écran 2016-02-06 à 10.34.18Les aficionados étaient venus nombreux hier à Saint Martin de Crau pour assister à la présentation de la Feria de la Crau.

L’édition 2016 fait la part belle aux ganaderias françaises puisque pas moins de huit fers tricolores défileront en deux jours sur le sable cravenque, le point d’orgue de ces deux jours étant l’hommage du dimanche après-midi à Hubert Yonnet.

Capture d’écran 2016-02-06 à 10.36.08Le maire de Saint Martin étant retenu par d’autres tâches, c’est le premier adjoint Dominique Teixier qui ouvrit les débats en assurant l’aficion du soutien de la municipalité, tant pour l’organisation de la Feria que face aux attaques subies par la Fiesta.

Capture d’écran 2016-02-06 à 10.36.42Cédric Bernardi, maître d’oeuvre de la Feria de la Crau, s’adressa ensuite aux aficionados présents en leur expliquant que remplir les gradins était un acte militant pour soutenir des organisateurs tels ceux de Saint Martin qui oeuvrent au quotidien pour pérenniser la Fiesta dans les pueblos, laquelle ne parvient à équilibrer ses comptes qu’à l’aide des bodegas et autres structures périphériques.

A ce sujet, dans le cadre du militantisme évoqué, une participation de 10 € sera exigée pour assister à la novillada sans picadors venue étoffer l’affiche. Organisée dans le cadre de l’inter-communalité par Tino Lopez, elle opposera quatre becerros de Rafi Durand à quatre jeunes pousses de la toreria : Diego Luque (Algeciras), Tomas Ubeda (CFT), Carlos Olsina (ET Béziers) et Dylan Raimbaud (ET Arles). Les membres de la Unica s’acquitteront eux aussi du droit d’entrée, et seuls les jeunes de moins de 18 ans en seront exonérés.

Capture d’écran 2016-02-06 à 10.36.59Alexandre Guglielmet vint ensuite présenter les différentes animations programmées dans le cadre de la Feria.

Capture d’écran 2016-02-06 à 10.35.24

Cédric Bernardi passa ensuite en revue les spectacles proposés en commençant par le samedi où la corrida prendra la forme d’une competencia entre six ganaderias françaises, chacun des éleveurs venant au micro pour présenter les pupilles choisis dans son élevage. La ganaderia de Pagès-Mailhan ne disposant que d’un seul toro, Pascal Mailhan souhaita que celui-ci arrive au bout de son parcours sans problème pour figurer à l’affiche. Pour assurer la lidia des six bichos, la Unica a fait appel à Salvador Cortes, Manuel Jésus Perez Mota et Roman Perez qui se frottera pour la première fois à des ganaderias dites dures.

Capture d’écran 2016-02-06 à 10.37.25

La corrida du dimanche après-midi aura un retentissement tout particulier car prenant la forme d’un hommage au ganadero Hubert Yonnet disparu il y a deux ans. Le paseo prendra la forme d’une capelado avec la présence de Mandy Graillon, la Reine d’Arles et de la Confrérie des Gardians dont Hubert fut l’un des dirigeants. Charlotte Yonnet, désormais aux commandes de l’élevage avec sa mère et son frère, vint présenter les toros avant que ne soit annoncé le nom du chef de lidia de la tarde qui n’est autre que Denis Loré qui a souhaité combattre les pensionnaires de La Bélugo. A ses côtés le catalan Serafin Marin, qui lui aussi a voulu être du cartel, le troisième matador étant le protégé de Stéphane Fernandez Meca, Javier Cortes. Stéphane a d’ailleurs avoué avoir décliné l’offre de la Unica de combattre lui même les toros de Yonnet, ne regrettant pas ce choix au vu du trapio affiché par les six exemplaires du fer.

Pour terminer cette présentation, Cédrix Bernardi dévoila l’affiche de la Feria de la Crau 2016, un montage photo réalisé par Michel Volle, une oeuvre qui symbolise bien la volonté des organisateurs de rendre hommage au dueño de La Belugo.

image001

Et tout se termina par le verre de l’amitié autour duquel se firent les premiers commentaires sur le programme proposé. Suerte a todos pour cette nouvelle édition de la Feria de la Crau !

VOIR LE DOSSIER DE PRESSE DE LA FERIA DE LA CRAU 2016.

(Les lecteurs me pardonneront la piètre qualité des photos, mais mon appareil étant en panne, j’ai dû me contenter d’un appareil de secours)