Mexico. 5 février. Deux oreilles pour Sébastien Castella.

Capture d’écran 2016-02-06 à 14.38.52C’était hier la dix-septième corrida de la Temporada Grande dans la Mexico, un festejo nocturne marquant le soixante-dizième anniversaire de la Monumental mexicaine et qui a vu le matador biterrois Sébastien Castella couper les deux oreilles d’un sobrero de La Joya, primé de la vuelta al ruedo, qu’il a lui même offert pour ne pas rester sur un résultat en demi-teinte.

Capture d’écran 2016-02-06 à 14.39.33Sébastien avait auparavant été blessé au scrotum par son premier adversaire, un bicho compliqué porteur du fer de Manuel Martinez qui le prit sur une série gauchère et qui l’envoya à l’infirmerie, non sans que le diestro français ne termine son travail en liant quelques séries avant de l’expédier d’une lame trasera (ovation). Sébastien ressortit de l’infirmerie pour lidier son second (sorti en sixième position) mais le fade comportement de l’animal ne lui permit guère de s’exprimer  et il opta pour abréger le combat (palmas). Le septième toro de la course permit donc à Castella de remettre les pendules à l’heure. Après un quite par chicuelinas et tafalleras, le français signa une faena engagée, foulant les terrains de proximité pour tirer le maximum de son adversaire qu’il occit d’une lame desprendida et trasera, obtenant malgré cette estocade hors sitio un double trophée synonyme de Puerta Grande.

Ignacio Garibay, chef de lidia du jour, aurait pu couper une oreille au toro d’ouverture, un bicho collaborateur mais de peu de forces qu’il toréa de belle manière lors d’une faena encimista conclue d’une lame tendida. Le palco refusa de valider la pétition et la récompense se limita à une forte ovation. Le soso quatrième ne lui permit que quelques bonnes séries droitières lors d’une faena de menos a mas mal conclue avec l’acier (salut au tiers).

Arturo Saldivar se montra varié au capote (largas cambiadas, véroniques, chicuelinas) puis décidé lors de la faena qu’il initia par cambios por la espalda, mais les mauvaises conditions de son opposant ne lui permirent pas d’accéder au succès (palmas). Le sixième (sorti en cinquième position suite à la cogida de Castella) fut renvoyé aux corrales pour invalidité après un choc contre un burladero et remplacé par un sobrero du même fer sans options (silence).

Le panel ganadero se composa de trois toros de Manuel Martinez (1°, 2°, 3°) et de quatre de La Estancia (4°, 5° sorti en 6° position, 6° et 6° bis sortis en 5° position), plus un sobrero de La Joya (offert par Castella et sirti en dernier).

(Photos : Tadeo Alcina)