Terres taurines.

Capture d’écran 2016-01-03 à 10.46.01L’immédiateté de l’actualité en ligne ne favorise pas la réflexion.

Or, à réagir de manière épidermique à propos de tout, le risque est de ne plus penser sur rien. Tel est le travers qui menace une partie de la presse, généraliste et taurine. Abreuvés de plans coms par les toreros et les empresas qui prétendent ériger en évènement les péripéties les plus banales de leur quotidien, les rédacteurs encourent le risque de céder à la facilité en devenant des virtuoses du copier / coller.

André Viard fait son retour sur la toile après avoir consacré pas mal de temps à la réalisation des Tauromachies Universelles. Le film sera projeté les 6 et 7 janvier au Carré d’Art de Nîmes.

Voir le site dédié en cliquant ICI et la vidéo de présentation ci-dessous.

Lire la suite de l’édito en cliquant ici : EDITO.

Et comme l’homme est infatigable dans sa production, l’opus 60 de la revue arrive en kiosque.

Capture d’écran 2016-01-03 à 10.51.40

Les antisystèmes affirment que l’on doit interdire la corrida pour trois raisons : elle porterait atteinte aux droits des animaux, elle ne serait pas une culture et elle serait un héritage du franquisme. Trois inepties qui attestent de leur inculture et de leur cynisme.
Car, bien sûr, la fête taurine est en réalité la plus culte qui soit, en même temps que la plus ancienne. Elle n’épouse aucune idéologie, elle est le fruit d’une conquête du peuple sur les privilèges de la noblesse, et elle plonge ses racines aux origines de l’Humanité.
Alors, tant que le tigre pourra égorger la gazelle, le faucon la colombe, le requin le thon, le loup la brebis ou le renard la poule, prétendre interdire à l’homme d’affronter le taureau dans une lutte épique, esthétique et éthique, équivaudrait à le priver des droits que l’on accorde aux autres espèces et à porter ainsi atteinte à sa nature. Qui peut concevoir un tel projet, si ce n’est ceux qui veulent en finir avec l’humanisme ?
Cet opus exceptionnel propose un voyage des racines de notre culture jusqu’à sa manifestation actuelle.