Une nouvelle épée en acier chirurgical.

estoque-acero-quirurgico-4-620x349Rafael de Lara est Docteur en Pharmacie et chercheur à l’université de Biocinétique Appliquée de Cordoba, et aficionado de surcroît.

Il vient de mettre au point une nouvelle épée censée apporter une évolution lors de la mise à mort des toros. L’instrument réalisé en acier chirurgical, comme les bistouris, ne se distingue pas à première vue de l’épée actuelle.

Techniquement, la forme triangulaire de la partie du bas permet, au moyen d’un petit canal, de drainer le sang vers un petit réservoir situé sous la poignée et que l’on remarque à peine. D’autre part, la pointe courbe permet à l’épée de mieux pénétrer en évitant déchirures et dommages superflus.

Juste sous la garde et le réservoir qui recueille le sang se trouvent deux boulons latéraux qui permettent à l’épée de tourner et de se rediriger. L’épée n’est pas flexible, ce qui évite l’effet ressort qui fait la ressortir et la projette quelquefois jusque sur les gradins. Le toro ne peut non plus faire ressortir la lame une fois introduite. Pour éviter des lésions au niveau des scaphoïdes, la poignée est équipée d’un dispositif d’amortissement.

Tout cela devrait permettre d’éviter les hémorragies et les souffrances de l’animal, permettant ainsi un plus grand nombre de triomphes.

Quant à la légalité de l’instrument, Rafael de Lara a fait appel à l’avocat Joaquin Moeckel qui lui a confirmé que ce modèle d’épée était parfaitement légal et conforme au droit.

Manuel Jesus « El Cid » a essayé le prototype et s’en est déclaré satisfait. Morante de La Puebla s’est montré très intéressé par cette innovation.

D’après un article de Fernando Carrasco paru dans le quotidien ABC.

Photo J.M (ABC) : El Cid et Rafael de Lara