Madrid. 1er octobre. Grise tarde d’Otoño.

Capture d’écran 2015-10-02 à 12.11.03Les cinq novillos d’El Torreon, bien présentés, ont manqué de tout, de forces, de race…

Fades, ils ont gâché la tarde et ce n’est pas le sobrero de Dolores Rufino sorti en 5° bis qui releva la sauce. Bref pas grand-chose à retenir de cette tarde à part la volonté des novilleros à court de matériel.

Filiberto ne put rien faire du faible premier protesté par le public. Maladroit avec l’épée. Silence. Le quatrième, peu mitivé, sans humiliation, n’eut d’autre qualité que sa mobilité et un peu de noblesse. A retenir une paire de tandas gauchères avant une estocade caida. Salut.

Alejandro Marcos tomba sur un premier novillo noble et maniable mais affichant peu de race. Trasteo propre du garçon mais sa,s écho sur les tendidos à cause du peu de transmission du bicho. Silence. Le sobrero de Dolores Rufino sortit plus mobile mais de charge décomposée. Le jeune torero lia deux bonnes tandas gauchères dans un ensemble de correcte facture terni par un mauvais maniement des aciers. Silence.

Joaquin Galdos, face à un troisième sans race ni forces, tenta la mi-hauteur pour essayer de composer une faena mais il dut très vite se résoudre à abréger le débat. Silence. Le fade sixième ne lui permit pas de relever le niveau. Noble mais sans forces ni race, il laissa le jeune péruvien sans options. Silence après un trasteo sans relief conclu d’une quasi-entière.

(Photo : Javier Arroyo)