Villeneuve de Marsan. 4 août. Le triomphe de Thomas Dufau.

Capture d’écran 2015-08-05 à 10.02.09Arènes quasi-combles, quelques gouttes de pluie, nuages et légère fraîcheur, température agréable, deux heures vingt-cinq de spectacle.

Six toros du Camino de Santiago (Jean-Louis Darré), tous de parfait gabarit, mais quelques cornes endommagées, notamment le second. Tous une pique, sauf le premier deux châtiments. Chaque fois braves sous le fer. A la muleta d’une noblesse intéressante et toujours très toréables.

  • César Jimenez (bleu marine et azabache), au premier, une entière silence ; au quatrième, une entière, un descabello, une oreille.
  • Thomas Dufau (bleu évanescent et or) au deuxième, un quart de lame, trois pinchazos, une entière, avis, silence ; au cinquième, une entière, deux oreilles.
  • Saul Jimenez Fortes (nazareño funèbre et or) , au troisième, trois-quarts de lame, un descabello, avis, silence ; au dernier, un quart de lame, un pinchazo, une entière, un descabello, avis, applaudissements.

Capture d’écran 2015-08-05 à 10.01.52Cette sortie en triomphe, à Villeneuve-de-Marsan, à deux pas de son jardin, il y a plusieurs années que Thomas Dufau en rêvait. L’imagination est devenue réalité au terme d’un superbe coup d’épée et surtout d’une faena à couper le souffle et qui a fait monter l’émotion dans les gradins. Après une première sortie moyenne, il devait se rattraper. A la cape, on l’a vu comme un novillero, conquérant, pliant les genoux et servant d’excellentes véroniques. Lorsqu’il prend la muleta, son ambition monte d’un cran. Au centre de la piste, il cite un toro qui s’est réfugié aux planches, une ou deux passes dans le dos, changées et suicidaires et la pression monte dans l’arène. Il ne la laisse pas baisser, mais efface rapidement le sentiment de violence qui se dégage du combat et du toro. Il adoucit la rencontre avec une muleta très basse et qui se déplace, maintenant, avec lenteur. Il trouve rapidement un rythme parfait qui lui permet de passer dans un registre sur la main gauche où il va exceller. Avec un toro qui répète naturellement, Thomas se fait plaisir. Il a un succès à portée d’épée qui maintenant ne le trahira pas. Ces deux oreilles, c’est un grand moment de bonheur, pour les aficionados, mais surtout pour le jeune torero landais. Il avait débuté avec difficultés mais courage. A genoux, bousculé et secoué, il revient sur cette attitude avec réussite. La faena, qui commence bien, baissera rapidement de souffle. Il sera même accroché par une vilaine corne qui a éclaté, pendu par instants par la taleguilla. Mais ce ne sera qu’un moment de peur.

Capture d’écran 2015-08-05 à 10.01.36César Jimenez n’avait eu guère plus de bonheur pour ouvrir sa présentation à Villeneuve-de-Marsan. Accroché à la cape, il aura plus de réussite à la muleta où, dans une partition très douce, il saura montrer d’admirables changement de mains et une main gauche à faire pâlir tous ceux qui veulent dessiner des naturelles. Mais il va rencontrer un rytme supérieur, des attitudes de combat et se retrouver véritable torero avec le quatrième Camino qui ne laissait que peu de répit. Un bon toro qu’il ne laissera pas passer. Très vite, il sera le maître. Un torero qui a convaincu par son classicisme et une certaine froideur dans l’art de construire une faena.

Capture d’écran 2015-08-05 à 10.02.22Saul Jimenez Fortes est un peu le parent pauvre de cette course. Pourtant, lorsqu’il prendra la cape face à ses deux adversaires, il témoignera d’une élégance parfaite. Il banderille, une première fois sans grande réussite. Mais ce premier toro sera un piètre collaborateur. Il lui faut souvent arracher les passes une à une, le solliciter sans cesse. Aussi l’ensemble demeure décousu. Son dernier adversaire n’aura que peu de qualités pour lui permettre de se racheter. Un regret car on sentait poindre sous ce torero de belles qualités.

Avec deux toros parfaits, Jean-Louis Darré sauve sa sortie à Villeneuve et permet à Thomas Dufau un triomphe qui lui crée d’autres ouvertures pour la fin de la saison.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol