Bayonne. 1er août. Pablo Hermoso de Mendoza et Léa Vicens fêtent Bayonne.

Capture d’écran 2015-08-02 à 10.08.43Corrida de Rejon des Fêtes de Bayonne : le public tout de rouge et blanc vêtu a répondu présent (9/10 d’arène, casi lleno), un public joyeux prêt à fêter le Roi Léon, les Toros et les Centaures qui étaient devant…

Au menu, six toros de Los Espartales (Badajoz) dans le type de la casa, idéaux pour ce type de spectacle mais très inégaux de poids, le premier pesant 494 kg alors que le sixième atteignait les 596 kg.

Pablo Hermoso de Mendoza est définitivement le roi du Rejon. Une fois de plus « en Bayona » cette après-midi, il proposa une démonstration de toreo à cheval, ce qu’il entreprit allègrement dès son premier. Un toro légèrement tardo mais justement idéal pour ce genre de spectacle. Bien aux farpas, menant le toro de main de maître, toujours en mouvement, il régala le public bayonnais. Malheureusement un rejon demuerte malheureux et l’utilisation de descabello le privèrent de trophées. Malgré une pétition, le torero navarrais se contenta d’un salut au tiers. Face à son second , bis repetita. Nouvelle démonstration qui, cette fois, se solde par l’obtention de deux oreilles largement méritées.

Une réelle histoire d’amour existe depuis maintenant trois ans entre Bayonne et la rejoneadora française Léa Vicens . Douée d’un style bien à elle, alternant les redondos, courses courtes et toreo rapproché, elle régala le public bayonnais de deux quiebros au cordeau, farpas en mains. Deux oreilles tombent logiquement de la présidence (la pétition de la queue étant excessive). Face à son second, un cinquième plus compliqué, Lea Vicens montra qu’elle savait aussi s’adapter aux cornus moins faciles, moins enclins à charger. Conduisant son cheval uniquement à l’aide de son corps, faisant fi des étriers la plupart du temps, la torera démontra , si certains pouvaient encore en douter, qu’il fallait compter avec elle et pour longtemps. Vuelta chaleureuse d’un public tout acquis à sa cause.

Le troisième rejoneador Manuel Moreno foulait pour la deuxième année consécutive le sable bayonnais. Repéré et naturellement répété après une grande prestation lors de la corrida portugaise l’année dernière ici même, le « petit » brun est doté d’un réel talent, que ce soit en corrida portugaise ou en rejon. On ne peut certainement rien lui reprocher. Il essaya comme il put, con gana et entrega, de toréér le plus mauvais lot que lui avait réservé le sorteo. Mala suerte pour Moreno qui toucha les deux toros les plus desiguales. Le troisième, 496 kg et le sixième 596 kg qui s’avéra être, de plus, le plus mauvais des bichos de Badajoz. Dommage, il aurait mérité beaucoup mieux, mais il est certain qu’on aura l’occasion de le revoir très vite sur la Côte Basque.

Pour résumer, une bonne tarde : quatre oreilles, un public de festayres chaleureux, et trois rejoneadores tous à la hauteur, avec des fortunes diverses.

Sortie a hombros de Pablo Hermoso de Mendoza et d’une belle relève, Léa Vicens.