Madrid. 12 juillet. Oreille pour Manolo Vanegas, vuelta pour Guillermo Valencia.

Capture d’écran 2015-07-14 à 18.02.18Petit retour en arrière avec un coup de projecteur sur la novillada de Madrid où se produisaient deux des poulains de Didier Cabanis et Philippe Cuillé, Manolo Vanegas et Guillermo Valencia, le troisième homme du cartel étant Jorge Escudero.

Le lot de Hermanos Sanchez de Leon refusé par les vétérinaires fut remplacé par trois novillos de Toros de la Plata (le 1° bon, ovationné à l’arrastre, le 2° noble mais sans entrega, le 6° noble mais manquant de race), trois des Herederos d’Antonio Ordoñez (3° tardo mais mobile et avec de la classe, le 4° fade, le 5° faible renvoyé aux corrales). Le sobrero sorti en 5° bis, brusque et sans entrega, portait le fer d’Aurelio Hernando.

Capture d’écran 2015-07-14 à 18.00.29Face au premier novillo de la tarde, Jorge Escudero réalisa une faena correcte, de mas a menos, laissant quelques tandas estimables sur la droite dans un registre classique mais sans transmission. Silence après une demi-lame. Le fade quatrième le vit desconfiado après un puntazo qui le mena à l’infirmerie à l’issue de la lidia. Silence. Diagnostic : puntazo sur la tête du péroné gauche avec contusion du nerf sciatique. Pronostic réservé.

Capture d’écran 2015-07-14 à 18.00.45Manolo Vanegas a laissé une impression de sérieux et de capacité pour sa présentation à Las Ventas. Son premier novillo, noble mais tardo et sans entrega, ne l’aida pas beaucoup. Le garçon ne perdit cependant pas ses moyens et le toréa avec sérénité et temple, un labeur empreint de beaucoup de toreria. Maladroit avec les aciers, il se retira en silence. Le quinto bis, d’Aurelio Hernando, s’avéra brusque dans ses charges où il gardait la tête haute. Manolo ne perdit pas les papiers et se distingua d’abord au second tiers avant de prendre la muleta pour toréer avec sérénité face à cet adversaire difficile. Ses recours techniques et sa capacité à aguanter lui firent attribuer une oreille. Des débuts prometteurs.

Capture d’écran 2015-07-14 à 17.59.26Guillermo Valencia se présentait lui aussi à Las Ventas. Le troisième, un peu faiblard de salida, se reprit par la suite. Tardo mais noble et mobile, il permit au jeune colombien de baisser la main et de lier les muletazos, à droite notamment. Faena intéressante terminée par une cogida lors de la suerte suprême. Vuelta après une pétition que le palco refusa de valider. Le sixième noble mais de peu de race ne lui permit pas d’élever le niveau. Faena volontaire, propre mais un peu longue rématée d’une estocade au second assaut. Silence.

(Photos : Alvaro Marcos)