Boujan. 7 juin. Intéressante novillada de Cebada Gago.

PAC_6741Le second spectacle de la Feria du Novillo de Boujan a revêtu un certain intérêt du fait de la présence en piste d’utreros marqués au fer de Cebada Gaga et Garcia Cebada, mobiles et encastés, et non dénués d’un certain piquant. Le second fit une vuelta généreuse eu égard à l’intensité des deux rencontres au cheval (une pique et une demi-ration de fer).

Les piétons ne furent souvent pas à leur hauteur, le seul à tirer véritablement son épingle du jeu étant Vicente Soler qui fut vaillant comme à son habitude, appliqué également, et qui bénéficia aussi du soutien de sa peña d’où une sortie a hombros un poil pueblerina.

PAC_6506Borja Alvarez est un novillero certes volontaire mais un peu basto, qui, à ce qu’il a montré hier, n’a guère de ceinture, ni de main gauche.Il accueillit son premier par deux largas cambiadas afaroladas de rodillas, suivies de quelques véroniques et demie d’exécution correcte, avant de le mener au cheval pour une pique et un picotazo. Quite de Vicente Soler par faroles et demie, Borja Alvarez répliquant par et demie. Débutée par le haut, la faena de l’alicantin resta dans une note très moyenne sur la droite et insuffisante sur la gauche où le garçon ne courut jamais la main. Après trois molinetes de clôture, il logea une demi-lame tendida qu’il compléta par deux descabellos. Arrastre applaudi et silence pour le piéton.

PAC_6657Le quatrième fut reçu par véroniques, chicuelinas et demie, poussa ensuite sur la première pique, revenant ensuite vers la pièce montée pour un picotazo. Nouveau quite de Vicente Soler par chicuelinas et demie. Brindée à Michel Bouisseren, l’organisateur, la faena fut en-dessous des qualités du bicho et en rien dominatrice. Au contraire, c’est le Cebada qui se rendit maître de la piste et qui à droite comme à gauche promena le garçon , lequel ne trouva jamais le sitio. Seule note positive, la bonne estocade qui mit fin à notre pensum. Silence.

PAC_6587Vicente Soler eut du mal à fixer son premier adversaire, un novillo abanto qui fit plusieurs fois le tour du ruedo avant de consentir à entrer dans le capote pour quelques véroniques et demie. Mis en suerte par chicuelinas al paso, le bicho prit deux rations de fer, légère la deuxième chargée du centre. Lagartijo vint ensuite s’échauffer lors d’un quite par véroniques et demie avant que Soler ne prenne les bâtonnets pour deux paires de poder a poder et un violin bien posées. La faena qui suivit alterna les deux bords, les meilleures séquences se déroulant sur la corne droite qui s’avéra la plus abordable. Entière traserita et oreille pour le natif de Castellon. Vuelta (qui ne s’imposait pas) au Cebada.

PAC_6683Après quelques véroniques, demie et revolera, Vicente conduisit le quinto vers le picador pour une première pique prise en poussant, puis une seconde plus courte où le bicho fit chanter les étriers. Second tiers à nouveau à charge du novillero qui cloua en poder a poder, sesgo por fuera et violin. Débutée par doblones genou plié, la faena connut de bonnes séquences droitières, le passage à gauche s’avérant moins convainquant. Derniers derechazos au forceps, le bicho s’éteignant, et une entière en place après manoletinas de conclusion. Oreille.

PAC_6620Javier Moreno « Lagartijo », dont le passage en piquée date d’à peine plus d’un mois, est passé par Boujan sans y laisser un souvenir impérissable. Composant souvent la figure, il ne parvint guère à séduire les aficionados. Après quelques correctes véroniques et demie, il mena le troisième Cebada au cheval pour deux piques prises sans s’employer. Après un quite de Borja Alvarez par deux chicuelinas et revolera, le novillero cordouan entama sa faena sur la corne droite pour deux séries de derechazos sans grande transmission, changea de main pour autant de naturelles de même niveau émotionnel, usant souvent du pico. Entière caidita, quelques difficultés à la puntilla et silence après avis.

PAC_6723Le bon sixième, qui chargeait de loin, fut reçu par une poignée de correctes véroniques et demie, puis mené vers le cheval pour deux rations de fer bien dosées entre lesquelles s’intercalèrent deux picotazos inopportuns occasionnés par une mauvaise gestion de la lidia. Au lieu de profiter de la bonne charge du novillo, Lagartijo se contenta de demi-passes qui cassèrent l’embestida et eurent pour effet de ramener le bicho sur lui. Faena entièrement basée sur la corne droite, sans domination. Entière al encuentro imprévue et silence justifié.

PAC_6737Salut du mayoral à la fin de la course.

PAC_6732Le prix au meilleur novillero attribué par le Club Taurin Aficion et le Mas d’Augé est logiquement revenu à Vicente Soler.

PAC_6736Celui du Club Taurin Biterrois attribué au meilleur picador a été remporté par Francisco Patilla.

Demi-entrée. Chaleur à peine plus supportable que la veille. Une Feria du Novillo qui débute et qui devrait trouver très vite son rythme de croisière.

Reseña et photos : Paco.