Madrid. 1er juin. Des Partido de Resina bien pâles.

Capture d’écran 2015-06-02 à 07.00.16La corrida de Partido de Resina est sortie fade et décastée, des toros de belles lignes qui se sont souvent comportés en mansos à la charge désordonnée et imprévisible.

Les toreros du jour n’ont pas démérité, mais que faire avec un tel bétail si ce n’est afficher sa volonté.

Eduardo Gallo tomba sur un premier toro noble mais fade qui se laissa faire d’abord en passant comme un carreton puis qui se mit à protester à mi-faena. Faena volontaire mais sans transmission conclue d’une lame atravesada. Silence. Le quatrième ne valut pas mieux, affichant sa mansedumbre dès son entrée en piste, se mettant très vite sur la défensive. Silence après une lame correcte.

Sebastian Ritter (photo : Javier Arroyo) montra de belles dispositions face au noble second qu’il toréa avec beaucoup de quiétude, citant de loin, laissant quelques bonnes séquences droitières notamment. Il eut quelques difficultés avec la rapière et regagna le callejon en silence. Le quinto, de pire condition, ne lui offrit aucune option. Ritter tenta d’en tirer un minimum sans succès et dut se résoudre à abréger. Demi-lame desprendida, silence.

Rafael Cerro hérita du plus beau toro de l’encierro, applaudi à sa sortie mais fade de comportement, avec une embestida courte. Face à cet adversaire compliqué, le garçon tenta de résoudre l’équation mais l’ensemble resta dans une note médiocre. Silence après une estocade caida. Le sixième ne lui proposa rien de plus. Beaucoup de muletazos pour un résultat à l’identique. Silence après une mise à mort défectueuse.