Vic Fezensac. 23 mai. Unique oreille pour Thomas Dufau.

PAC_4867Ouverture de feria hier avec un lot hétérogène de Cebada Gago, très armés les premier, troisième et cinquième, qui firent leur boulot au cheval sans vraiment s’y employer à l’exception des deux derniers qui mirent un peu les reins lors de la première rencontre.

Le troisième fit une vuelta généreuse récompensant plus la collaboration que la race.

PAC_4753Manuel Escribano est passé hier en terre gersoise sans convaincre. Face à son premier qui prit deux courtes piques, il dessina quelques véroniques et demie, cloua correctement trois paires de banderilles, deux poder a poder et un violin al quiebro, puis prit la muleta pour quelques séries droitières sans grande consistance, peu aidé par un adversaire de demi-charge. Rien à gauche et une entière caida (limite bajonazo) au second assaut. Silence.

Désireux de refaire le chemin perdu, c’est par une larga cambiada afarolada de rodillas au fil des tablas que le torero de Gerena accueillit son second adversaire, se remettant sur pieds pour véroniques, chicuelinas et revolera. Ce quatrième Cebada poussa un peu lors de la première rencontre, puis fit un passage au cheval pour une courte ration de fer dont il sortit seul. Second tiers à charge du torero qui ne varia ses poses qu’à la troisième paire posée al quiebro avec cite assis sur l’estribo. Initiée par passes hautes genoux en terre, la faena ne décolla jamais, le bicho s’avérant lui aussi de charge courte et le diestro peu disposé à tenter l’expérience consistant à lui allonger le parcours. Silence après une estocade correcte.

PAC_4948Manuel Jésus Perez Mota n’a pas renouvelé son succès de l’an passé. Après deux véroniques isolées, deux piques traseras et un second tiers mené dans le plus parfait désordre, le garçon prit la muleta et fut confronté à la problématique d’un toro andarin qu’il voulut toréer avant de l’avoir arrêté. Bilan : des passes sur le voyage sans jamais se fixer et un torero qui s’aperçoit au final qu’il aurait dû doubler le bicho, lequel lui vint dessus en permanence. Entière contraire delantera, sept descabellos avec une cogida frôlée de peu au cinquième. Arrastre sifflé et silence pour le garçon.

RAS au capote face au quinto qui poussa un peu sur la première des deux correctes rencontres, deux bonnes paires du banderillero appelé à saluer, puis une seconde faena ambidextre qui ne pesa pas sur le bicho qui finit défensif. Derrote vers le visage qui aurait pu être grave, la corne frappant la mâchoire sans pénétrer, et un toro qui finit par s’arrêter pour jouer de la corne. Entière caidita pour le final. Salut au tiers.

PAC_4821Thomas Dufau, très décidé, reçut le troisième Cebada par larga cambiada afarolada de rodillas près des planches, puis se releva pour signer quatre bonnes véroniques et demie. Après deux piques bien dosées par Nicolas Bertoli (applaudi à sa sortie), le landais débuta sa faena au centre par deux passes cambiadas, puis cita souvent de loin pour des séries droitières de bon niveau bien que manquant un peu d’engagement. Thomas sut baisser la main et templer les charges, profitant de la bonne noblesse du Cebada. Bref passage à gauche pour quatre naturelles où le torero vit que ce n’était pas le meilleur côté du bicho. Entière caidita et oreille pour le garçon. Vuelta injustifiée pour le toro (sachons raison garder !)

Le sixième ne fut pas du même tonneau et Thomas ne fut cette fois pas a gusto. Après quelques véroniques isolées et deux rations de fer, la première prise en poussant et la seconde en cognant dans le peto, le français signa un quite par chicuelinas et revolera avant de se lancer dans une faena où il ne domina jamais vraiment, à droite comme à gauche. Les derrotes du bicho en fin de faena dissuadèrent le garçon de trop s’engager à la mort. Trois pinchazos, descabello. Palmas.

Reseña et photos : Paco