Madrid. 11 mai. Le gros effort de Gonzalo Caballero.

Capture d’écran 2015-05-12 à 07.07.45La ganaderia El Parralejo prenait hier son ancienneté à Madrid. Elle le fit avec six novillos de belle présentation qui dans l’ensemble se prêtèrent au jeu, le deuxième au-dessus du lot.

Gonzalo Caballero a été le torero de la tarde, un garçon qui voulait triompher à tout prix, fut-ce au prix de sa vie. Le premier de la tarde, noble et maniable mais juste de forces le vit composer une faena de menos a mas, un travail propre où le métier du novillero s’étala au grand jour et de bout en bout. Final par luquesinas et bernadinas ajustées avant une bonne estocade. Oreille après pétition que le palco ne voulut valider.

Le quatrième était un utrero bon, noble et pastueño. Caballero se remit à l’ouvrage avec tout son coeur et son métier, faisant progressivement monter la température dans des tendidos un peu insensibles à son travail au tout début. C’est dans les cornes qu’il alla chercher les derniers muletazos au prix d’une voltereta. Lachant la muleta, c’est a cuerpo limpio qu’il porta une demi-lame, se faisant attraper une nouvelle fois. Après deux descabellos, le garçon put enfin promener l’oreille tant convoitée.

Fernando Rey, qui débutait à Las Ventas, toucha avec le second le meilleur novillo de la tarde. Mais sa faena de mas a menos n’exploita pas complètement les qualités de l’animal. Le début de son travail fut assez esthétique et lié, mais la suite finit dans une note très moyenne. Estocade en deux temps. Salut.

Le cinquième, noble et mobile, n’eut pas meilleur traitement. Seule note positive : la bonne estocade qui coucha le bicho. Silence.

Francisco José Espada débita des passes au kilomètre sans convaincre face au noble et maniable troisième qu’il tua d’une lame desprendida. Silence.

Le sixième fut le plus compliqué du lot. Bon à droite, il se montra moins abordable sur le bord opposé. Espada dessina quelques tandas estimables mais sans dépasser la note moyenne. Silence après pinchazo hondo, estocade et deux descabellos.

(Photo : Fran Jimenez)