Zaragoza. 19 avril. Une oreille et une vuelta pour chacun.

Capture d’écran 2015-04-20 à 11.40.49Pour cette mini-feria de San Jorge, les organisateurs avaient programmé un mano a mano entre deux des novilleros punteros du moment, à savoir Varea et Ginés Marin.

Pour arbitrer le débat, des novillos de Fuente Ymbro et Garcigrande, inégaux en présentation et en jeux. Une tarde où les cuadrillas se sont distinguées : ont été appelés à saluer Raúl Martín au second, Javier Ambel au troisième, José Manuel Montoliú au quatrième, et Carrasco et Valladar au sixième.

Ginés Marin se retira en silence après la lidia d’un premier de Fuente Ymbro noble mais fade face auquel il composa un travail correct mais sans transmission conclu d’une estocade au deuxième assaut.

Beau jeu de cape face au bon et noble troisième marqué au fer de Garcigrande avec d’extraordinaires véroniques et une faena ambidextre rythmée et profonde dessinée mains basses. Estocade en deux temps et un novillo qui tarda à tomber, réduisant la récompense à un unique trophée.

Le quinto fut un grand novillo de Fuente Ymbro doté d’une grande transmission dans ses charges. A nouveau très bien au capote lors d’un quite par tafallera, chicuelina et media, le garçon composa ensuite une longue faena de grande intensité où il sut encore baisser joliment les mains pour donner la réplique au bon utrero qu’il avait en face. Hélas la conclusion par un vilain metisaca latéral gâcha le travail et mit à mal tout espoir de récompense. Vuelta.

Varea vit son premier opposant de Fuente Ymbro changé pour s’être cassé une corne contre un burladero et remplacé par un sobrero du même fer très bien présenté. Après d’excellentes véroniques de réception, le garçon signa un quite par chicuelinas avant d’entamer une faena d’inégale intensité, meilleure sur la droite avec quelques tandas de note supérieure. Oreille après une bonne estocade.

Le quatrième, de Garcigrande, fut un utrero de qualité bien qu’affichant une pointe de mansedumbre. Vara en tira de superbes séries droitières ornementées de jolis détails mais un ensemble gâché par une mise à mort laborieuse avec les aciers. Salut.

Le sixième, de Fuente Ymbro, afficha une belle noblesse mais s’éteint prématurément. La faena, de mas a menos, fut initiée assis sur une chaise, se poursuivit par des séries de belle facture avant que le novillo ne baisse de ton. Après une bonne lame, pétition d’oreille non validée par le palco et vuelta finale pour le jeune homme.