Séville. 12 avril. Tarde de détails et de silences.

Capture d’écran 2015-04-13 à 20.18.51En prélude à la Feria d’Avril, Séville proposait hier au menu des novillos de Luis Algarra bien présentés mais manquant de fond et souvent de forces, le sixième changé pour faiblesse par un sobrero du même fer.

Les détails furent donc à chercher dans le maniement des capotes, car aucun des trois novilleros du jour ne put s’exprimer au dernier tiers.

Miguel Angel Leon dessina au premier du jour une faena d’inégale intensité marquée de quelques jolis gestes épars. Silence après une lame au troisième assaut. Le quatrième s’éteint aussitôt après les deux passes cambiadas d’ouverture et tout tracter digne de ce nom fut alors impossible. Silence à nouveau après une estocade en deux temps et un dessabler.

José Ruiz Muñoz (photo) laissa lui aussi quelques détails toreros face au noble mais peu mobile second. A peine deux demi-véroniques pour le souvenir. Silence. Le quinto, plus compliqué, le vit desconfiado. Muñoz prit très vite l’épée et fut long au dessabler. Silence.

De Pablo Aguado on retiendra quelques tandas estimables à la réception du troisième vite dégonflé (silence après quatre entrées a matar) et de la bonne volonté face au sixième bis qu’il eut d’énormes difficultés à tuer. Silence après deux avis.

(Photo : Arjona)