Mugron. 6 avril (tarde). Violence et force des Baltasar. Oreille pour Husson.

DSCF0250Arènes combles, soleil et fraîcheur, deux heures trente de spectacle.

Six novillos de Baltasar Iban, remarquablement présentés, bien armés et solidement charpentés. Les trois plus gros de 475 à 480 kilos. De deux, (1er, 4° et 6°) à quatre piques, le troisième qui renverse trois fois la cavalerie, trois piques pour les second et cinquième. Châtiments pris avec une belle bravoure. Vuelta posthume au second.

  • Alejandro Marcos (rouge et or), au premier, trois quart de lame, silence ; au quatrième, une entière, un descabello, salut.
  • Louis Husson (vert gris foncé et argent), au deuxième, deux pinchazos, une entière, trois descabellos, salut ; au cinquième, un pinchazo, une entière, une oreille.
  • Pablo Aguado (violet et or), au troisième, une demi-lame, sept pinchazos, silence ; au dernier, deux pinchazos, une entière, avis, quelques applaudissements.

Sale après midi pour les novilleros, hier, lundi 6 avril à Mugron… Une nouvelle version des Baltasar Iban avec une solide touche de Pedraza de Yeltes mumurait-on près des corrales. Effectivement, la charpente générale des six novillos était impressionnante et effectivement avec quelques chose qui rappelait le Pedraza.

Au moral, ils furent plus que des Baltasar, agressifs, violents, ne répétant pas toujours dans la muleta. En outre des cornes immenses pour monter à l’assaut du ciel. De quoi faire reculer les plus courageux . Mais chacun dans leur style les trois novilleros ont su faire face et toujour avec beaucoup de vaillance.

MUG TB MARCOSAlejandro Marcos a fait les frais de la découverte, souvent mal à l’aise à la cape, reculant parfois mais se rattrapant à la muleta avec quelques muletazos très bas et des changements de mains parfaits. Il fut parfois obligé de rompre, mais inventa la figure d’Alexandre le courageux. Quelques applaudissements l’auraient encouragé. Il reviendra dans la mêlée avec une animal plus comestible de 435 kilos mais souvent désordonné. Le garçon mit un point d’honneur à ne pas reculer. Il fut parfois dominé, renversé à la mort il eut le courage de se lancer entre les cornes. Salut maestro.

MUG TB HUSSONLouis Husson fut un moment décontenancé par la furia des 475 kilos de « Peletero ». Prudent à la cape, il assista impuissant à la chute de son picador. Il fut très généreux dans la faena, ne reculant que lorsqu’il ne pouvait faire autrement et parvenant à subtiliser quelques passes à l’animal. Violemment renversé avant la mise à mort, il revient au combat, un salut discret à l’issue de la vuelta du toro. On aurait pu croire qu’il serait mis en difficulté par le plus lourd du lot, 480 kilos. Il avait décidé de s’arrimer et à gauche démontra une parfait domination. Une faena dessinée avec beaucoup d’application et toujours à la pointe des cornes. Là aussi une estocadre éblouissante par sa détermination. Il avait enfin cette oreille qu’il voulait retrouver sur le sable de sa première course piquée, il y a un an.

MUG TB AGUADOPablo Aguado, invité de dernière minute à la suite de la blessure de Leo Valadez, fut totalement submergé par son premier adversaire et renonça très rapidement au combat, dépassé qu’il était par la caste du Baltasar. Il termina la course avec un animal plus docile et nous régala d’une série de merveilleux derechazos, construits avec lenteur et temple… Indescriptible la beauté des quelques naturelles qui suivirent… On n’oubliera jamais ces grands moments, même s’ils ne furent qu’un minuscule éclair dans un tourbillon de violence.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol

Mon autre collaborateur et ami Yann Bridonneau étant sur place, je vous soumets aussi sa reseña qui complète la précédente.

Six Baltasar Iban très bien présentés pour Alejandro Marcos, Louis Husson et Pablo Aguado qui remplaçait Leo Valadez blessé. 3/4 d’entrée, beau temps avec vent gênant.

Alejandro Marcos ouvrait le bal face à un novillo bien charpenté et bien armé auxquel il servit des veroniques malgré le vent gênant. Le novillo semble sur la défensive et ira par deux fois au cheval sans trop pousser. Le novillero sera désarmé à plusieurs reprises avec tout de même une belle série à gauche. Une entière longue d’effet, silence. A son second, très violent de tête mais maniable, il  servira de bons derechazos avant une voltereta sans conséquence. Salut.

Louis Husson accueillit de fort belle manière son premier novillo qui prit trois piques très bien données par Gabin malgré une chute sur la seconde. Salut du piquero. Grand tiers de banderilles et salut de Julien Dusseing et Manolo de Los Reyes. Début de faena par le bas vers le centre et très bonne série de derechazos. Le novillo, dangereux, réfléchit beaucoup et fait subir une voltereta au novillero. L’utrero gardera la tête haute jusqu’au bout et mettra Louis en échec aux aciers. Salut et vuelta pour ce grand novillo. Puis vint le cinquième reçu par véroniques rématées par une demie de haut niveau. Trois piques bien données par Laurent Langlois, puis un brindis au public. Une faena semée de belles naturelles avec un toreo posé et réfléchi. Après un pinchazo, Louis s’engagera comme un mort de faim avec une entière foudroyante et une grosse voltereta qui aurait pu avoir de plus grosses conséquences. Une oreille.

Pablo Aguado, venu en remplacement du mexicain Leo Valadez, fut hésitant à la cape à son premier. Le novillo part fort sur le cheval qu’il mettra à terre par trois fois. Un toro puissant et violent auquel il était très difficile de tirer la moindre passe. Pablo lui aussi en échec aux aciers connaîtra le silence. Au dernier de la tarde, Pablo nous servit des véroniques bien dans le type andalou. Une faena très allurée et bien servie des deux mains avec quelques gestes de classe. Malheureusement après deux pinchazos tout espoir de trophée s’était envolé.

En résumé, une grande après-midi de novillos, avec de la caste, de la violence et de la race. Une novillada mugronnaise qui devrait compter à la fin de la saison.

Ci-dessous le reportage photos de Romain Tastet.