Madrid. 29 mars. Le chemin de croix d’Ivan Fandiño.

Capture d’écran 2015-03-30 à 07.10.15Tarde de expectación, tarde de decepción…. Rien de plus vrai que cette maxime pour qualifier la corrida d’hier à Madrid où les taquillas affichaient le « No hay billetes ».

Un véritable chemin de croix en six stations ganaderas plus décevantes les unes que les autres. Le calvaire d’un torero qui misait tout sur cette corrida et qui se trouve crucifié par le résultat : cinq silences et des sifflets.

En cause les toros du jour :

  • Pablo Romero : sérieux de présentation, dans le type de son encastre mais faible. Faena d’infirmier, propre avec quelques bons muletazos isolés. Silence.
  • Adolfo Martin : sérieux de présentation, noble mais manquant de race. Faena de mas a menos avec un toro qui s’éteint très vite. Silence.
  • Cebada Gago : fade, manso et sans classe. Un toro qui chercha l’abri des planches et que Fandiño tenta d’animer, dans succès. Silence.
  • José Escolar : bien et spectaculaire au premier tiers qu’il anima avec le picador Israel de Pedro. Joli quite de Fandiño par chicuelinas ajustées puis un dernier tiers où le bicho afficha des complications. Une partie du public prit le parti du toro contre le torero. Sifflets.
  • Victorino Martin remplacé pour s’être blessé en cours de lidia par un Adolfo Martin fade et compliqué. Fandi~õ se montra volontaire sans pouvoir briller. Silence.
  • Palha : manso et fade. Dégoûté par tout ce qui précédait, le torero d’Orduña abrégea. Silence.

Capture d’écran 2015-03-30 à 07.10.46

Ivan Fandiño, que le public aurait souhaité voir sortir par la Puerta Grande, se retira sur la pointe des pieds. Amertume pour le torero, amertume pour les aficionados dont certains étaient venus de loin. Et des réflexions à mener sur le sujet. Nous y reviendrons … (Photos : Javier Arroyo)