Valencia. 17 mars. Les bonnes manières d’Abellan et l’élégance d’Urdiales.

Capture d’écran 2015-03-18 à 07.12.19Petite tarde hier à Valencia où les toros d’Alcurrucen sont restés dans un jeu médiocre ne permettant pas aux toreros de briller.

Seul Miguel Abellan parvint à faire une vuelta à l’issue de la lidia du deuxième, un bicho froid à sa sortie qui finit par se livrer avec noblesse dans la muleta du madrilène. Le garçon livra quelques bonnes séries templées et profondes sur la droite notamment, le bon côté du toro. Le public réclama une oreille après la bonne estocade mais le palco tint bon et Abellan fit la vuelta. Le quinto, manso et compliqué, ne lui permit pas de hausser le niveau. Labeur méritoire terminé par une estocade caida après plusieurs pinchazos. Silence.

Juan José Padilla, chef de lidia du jour, se retrouva sans matière première et ne put exprimer son toreo habituel. Il fut très au-dessus de son premier sans race qu’il dut solliciter sans cesse, finissant par lui arracher une méritoire série. Salut après une lame entière complétée d’un descabello. Le quatrième finit lessivé dans la muleta de Padilla et se coucha avant l’entrée a matar. Il dut être puntillé sur place. Salut pour le jerezano auteur d’un bon tertio de banderilles.

Diego Urdiales afficha sa belle conception du toreo pur face à ses deux toros. Le troisième s’avéra noble mais sans transmission. Le riojano livra des muletazos de haut niveau, purs et sincères, notamment à gauche. Le trophée était à portée mais l’estocade en deux temps limita la récompense à un salut. La faena face au compliqué sixième mit en avant les capacités techniques du torero qui gomma peu à peu avec élégance les défauts de son adversaire. Salut après une bonne estocade.

(Photos : Arjona)