Valencia. 13 mars. Oreille pour Jimenez Fortes.

Jimenez Fortes. Valencia 2015Les toros de Fuente Ymbro qui ouvraient les Fallas, bien présentés, ont donné des jeux divers, avec de la classe pour les deux premiers, encasté avec de la transmission le troisième, bon à droite le quatrième, fades les deux derniers.

Juan Bautista entama les débats par la lidia d’un Fuente Ymbro de bonnes dispositions mais juste de forces. La faena de l’arlésien, correcte d’exécution, fut cependant d’inégale intensité avec quelques séquences gauchères de bonne facture. Après une bonne estocade, le public réclama une oreille que le palco refusa de concéder. Salut. C’est par une larga cambiada que Jean-Baptiste reçut le quatrième, alternant ensuite au quite avec Jimenez Fortes par chicuelinas soignées et belle demie. Juan Bautista signa ensuite une longue faena comportant quelques tandas droitières de qualité avant d’échouer à l’épée. Silence.

Jimenez Fortes (photo : Rullot) reçut le deuxième par véroniques templées, composant ensuite face à ce bon « Fotógrafo » une courte et harmonieuse faena principalement basée sur la main gauche s’achevant sur une entière contraire et un descabello. Vuelta. Le malagueño se montra très au-dessus du fade quinto face auquel il dessina une faena solide et valeureuse, raccourcissant les distances pour tirer le maximum de son opposant. Ses efforts furent primés du seul trophée de la tarde après une lame efficace.

Jésus Duque eut du mal, faute d’expérience suffisante, à dominer le troisième, un toro exigeant et encasté mais dégonflé qu’il dut tirer de sa querencia pour l’obliger à embestir. Le manque de contrats se fit sentir lors d’un trasteo volontaire mais manquant de fond, mal terminé avec les aciers. Silence. Le fade et compliqué sixième obligea le garçon à prendre des risques au prix d’une spectaculaire voltereta pour tirer tout le possible de l’animal. Palmas après une lame caida.

Fiche du spectacle.

Valencia. 13 mars. Première corrida des Fallas 2015. Un tiers d’arène.

Toros de Fuente Ymbro.

  • Juan Bautista : salut après pétition et silence.
  • Jimenez Fortes : vuelta et oreille.
  • Jésus Duque : silence et palmas.