Nîmes. Sylvia Bottiau et Hélène Bremond chez Pablo Romero.

Capture d’écran 2015-02-08 à 16.14.14Pour le deuxième Jeudi des Artistes 2015, une habituée revient avec sa forte personnalité que vous retrouverez à travers ses pinceaux et sa voix : Sylvia Bottiau.

Pour l’€™accompagner, vous découvrirez Héléne Bremond qui nous fera découvrir sa vision de la tauromachie : du caparaçon à l’€™aficionado et pour en revenir bien sur toujours au mythe du toro.

Hélène Bremond revient à Nîmes en 2000, où elle va commencer à dessiner un sujet pictural classique : l’écorché, sa vie familiale ne lui permettant pas d’aller aussi facilement aux arènes qu’elle l’aurait souhaité. Alors, pourquoi ne pas approcher l’animal mythique par la fin, après sa mort, quand il devient carcasse de boucherie ?

A Nîmes, l’omniprésence de l’art tauromachique permet de saisir les multiples aspects de la liturgie qui se joue dans l’arène. On peut y voir les objets dont elle se sert, notamment les caparaçons décorés à l’instar de l’habit de lumière du torero, qu’elle isolera sur la toile comme autant d’éléments perdus du spectacle taurin.

L’artiste en vient enfin au toro, le traquant dans les musées, où les plus célèbres ont leur nom gravé sous le trophée. Elle dessine aussi sur le motif dans les arènes, croquant l’ambiance du spectacle plus que le toro.
C’est au petit musée Pablo Romero qu’elle présente aujourd’hui son travail : le toro retrouvé et qu’accompagne Europe, mythes conjoints qui nous poursuivent encore.

Les tapas des pablorromeros et le vin des Costières de Château Bobois nous accompagneront toute la soirée.

Espace Pablo Romero – 12, Rue Emile Jamais – Nîmes à partir de 19h00.