Communiqué des professionnels français.

AMTFMessieurs, organisateurs et empresas

Les premiers cartels de la saison sont connus, (Magesq, Samadet, Aignan, Garlin). Malheureusement, il existe entre eux un dénominateur commun : l’absence de toreros français au cartel. Ce manque de respect ne peut en aucun cas être toléré.

Cette posture n’est plus acceptable. C’est pour cela, que soutenu par une majorité d’aficionados, l’ensemble des professionnels Français s’unit aujourd’hui pour signifier son désaccord unanime.

Apres différentes réunions avec divers secteurs de notre profession, nous avons décidé de ne plus accepter la marginalisation des professionnels français.

L’histoire de la tauromachie Française s’est écrite dans l’encre indélébile des efforts de nos prédécesseurs, obtenant un statut qui en aucun cas ne peut être bafoué, ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais. Par ailleurs, l’absence d’engagement de toreros français pénalise fortement les écoles taurines qui voient diminuer leurs nombres d’élèves. Cette situation nous préoccupe d’autant plus qu’elle rejoint l’objectif des antis corridas qui est celui d’éloigner la jeunesse, favorisant ainsi une crise des vocations.

C’est la raison pour laquelle nous souhaitons :

  • Que dans chaque corrida hors féria soit inclus un matador français et que pour les corridas en férias comportant plus de quatre corridas soient inclus au minimum deux matadors de toros français.
  • Que soit inclus dans chaque novillada piquée un novillero français.
  • Que dans les novilladas sans picadors, soit aussi pris en compte le travail accompli par nos écoles taurines et que soient intégrés un ou deux élèves français.
  • Que les bolsins soient organisés avec le même nombre de jeunes français, espagnols, ou sud-américains.
  • Que les novilladas sans picadors soit organisées dans leur majorité avec des ganaderias françaises.
  • Que pour les novilladas avec picadors soit choisie dans la mesure du possible une ganaderia française.
  • Qu’enfin, soient intégré un banderillero et un picador français lorsqu’un torero du continent sud Américain est engagé.

Comme viennent de le démontrer en ce début de saison quelques arènes : Istres, Arles, Saint Martin de Crau, Vic-Fezensac, Vergèze, il est tout à fait possible de confectionner des ferias avec un pourcentage de toreros et ganaderos français conséquent. Ces ferias témoignent du bien fondé de nos revendications et de leur légitimité afin de maintenir la tauromachie française à son juste niveau

Ce communiqué n’est en aucun cas, pour l’instant, une déclaration d’intentions, il se veut juste informatif, espérant de tout cœur que la situation se régularise et que soient revus les premiers cartels de la temporada dans les arènes en haut citées.

Cordialement.

  • L’Association des matadores de toros Français : Sébastien Castella-Juan Bautista-Juan Léal-Thomas Dufau-Léa Vicens-Roman Perez-Thomas Joubert-Mehdi Savalli-Cayetano Ortiz-Thomas Cerqueira-Julien Lescarret-Marco Serrano-Morenito de Nîmes-Jeremy Banty-Jonathan Veyrunes-Mathieu Guillon-Patrick Oliver-Michelito-Patrick Varin-Denis Loré-Swan Soto-El Lobo
  • Le Syndicat des Banderilleros, Picadores et Mozos de espadas Français.
  • L’Association des Ganaderos Français.
  • Les Ecoles Taurines : La Terna (Nîmes, Arles,Béziers) – Le CTN (Nîmes)
  • L’AFAP (association des aficionados practicos et sa section jeune )
  • Le Centre Français de Rejoneo.