Mexico. 18 janvier. Enrique Ponce a hombros.

Ponce. Mexico 2015Enrique Ponce faisait son retour hier à Mexico. Retour réussi puisqu’il coupa les deux oreilles de « Liberador », un toro enracé mais sans classe de Teófilo Gómez dont il corrigea petit à petit les défauts et qu’il finit par soumettre, dessinant ensuite des séries templées, ornementées de précieux changements de main. Le toreo en rond du valencian livra sûrement les meilleures séquences de la tarde. L’entière finale qui conclut ce trasteo complet libéra deux mouchoirs blancs, synonyme de Puerta Grande pour le torero de Chiva.

Le quinto, de mauvaise condition, ne lui permit pas de récidiver. Ponce tenta de gommer les mauvaises manières du bicho, sans résultat (silence).

Le rejoneador Emiliano Gamero tira au sort un premier toro manso qui prit très vite querencia, et il dut faire beaucoup d’efforts pour arriver à composer une honnête faena qu’il gâcha avec l’acier (palmas).

Juan Pablo Sanchez ne put afficher que sa bonne volonté face à son premier, un bicho fade et à la limite de l’invalidité (silence). Son second, noble et maniable, manqua de fond. Le garçon composa une longue faena d’inégale intensité, alternant séquences de qualité et baisses de régime (salut). Résolu à triompher, il offrit le sobrero du même fer. Hélas, si la présentation était au rendez-vous, le fond manqua et il fallut toute la volonté du mexicain pour arriver à composer une faena de menos a mas qui fut primée d’un trophée après une bonne lame.

Juan Pablo Llaguno confirma son alternative avec « Pirulero », un toro noble et maniable que le garçon sut toréer, de la droite surtout, avec temple et sérénité, courant bien la main sur de notables séries. Hélas la rapière fit défaut et tout se termina par des applaudissements. Son second, noble lui aussi, manqua de fond et de transmission. Llaguno laissa le souvenir d’un toreo de qualité mal mis en valeur par le peu de présence de son opposant (silence).