AccueilActualitésActualités 2015Saint-Gilles. 22 août. Andy Younes a hombros.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.32.07La novillada de San Sebastian s’est terminée par la sortie a hombros d’Andy Younes, un triomphe à relativiser comme nous le verrons plus bas.

Côté bétail, six novillos de San Sebastian, propriété de Gilles et Mathieu Vangelisti, justes de présentation les trois premiers, plus conformes au trapio attendu en novillada piquée les trois suivants, nobles mais faibles, à l’exception des trois derniers un peu plus costauds. Une ration de fer pour les cinq premiers, deux pour le sixième qui renversa le cheval.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.33.40Joaquin Galdos, excellent l’an dernier face aux novillos de Blohorn, n’a pas convaincu par manque d’opposition. Son toreo dominateur a besoin d’adversaires à réduire, ce qui ne fut pas le cas cette fois. Il reçut son premier par bonnes véroniques et demie, puis le fit piquer légèrement pour préserver son faible capital de forces. Faena ambidextre de peu de contenu, sans transmission, face à un bicho arrêté qui jouait du couvre-chef et autorisait bien peu. Silence après une entière rinconera.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.49.19Le quatrième ne lui permit que quelques véroniques isolées et une demie au centre. Après une courte pique, le jeune péruvien entama sa faena par jolis doblones genou ployé puis poursuivit son travail principalement sur la corne droite, l’essai à gauche s’avérant infructueux en deux séries superficielles. Final a menos pour les deux adversaires avant bajonazo final. Silence.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.37.03Pablo Aguado, en voilà un qui torée avec classe ! Très décidé, il accueillit le second par cinq largas cambiadas de rodillas au fil des planches, se relevant ensuite pour dessiner quelques véroniques harmonieuses rématées par belle demie. Mise en suerte au cheval par chicuelinas al paso pour un picotazo, le bicho n’en supportant pas davantage. Brindée à Pierre-Marie Meynadier, la faena débuta par des passes hautes main sur les tablas, puis se poursuivit par trois séries de derechazos dessinés main basse, la troisième achevée par une dosantina où la muleta sembla vouloir arrêter le temps. Le passage à gauche fut moins concluant, l’utrero s’arrêtant à mi-passe. Retour donc sur la corne droite pour une bonne série de derechazos et quatre manoletinas rématées d’un long pecho. Alors que l’oreille était presque coupée, l’épée fit défaut par deux fois avant une demi-lame tendida que le garçon dut compléter par deux descabellos. Salut au tiers.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.41.18Les véroniques de réception du quinto manquèrent de liaison avant une élégante demie et le châtiment se réduisit à une courte pique traserita. Mais c’est au dernier tiers qu’on retrouva la magie du toreo fleuri du garçon. Beaucoup d’allure pour les séries droitières où la muleta se fit caressante, léchant le sable avec temple, conduisant les bonnes charges du San Sebastian qui se mit au diapason, affichant classe et noblesse. Le passage à gauche resta dans la même nuance andalouse avec des naturelles douces et templées. Quant aux trincherillas et changements de main par devant, on en garda longtemps la saveur en bouche, comme un grand cru dont les arômes s’agrippent au palais. Tiers de lame al encuentro, entière contraire longue d’effet qui fit sonner deux avis avant que la résistance de l’animal n’arrive à son terme et une oreille qui aurait pu être double sans les longueurs au final.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.38.20Andy Younes dut composer avec le peu de forces de son premier opposant. Après quelques bonnes véroniques et une demie, le jeune arlésien présenta son adversaire face au lancier pour une petite pique prise en poussant. La grosse vuelta de campana qui suivit ne fut sûrement pas étrangère au déficit physique du bicho qui, après un quite d’Andy par tafalleras, délivra ses charges avec parcimonie. La courte faena du garçon fut certes volontaire mais n’eut pas la consistance suffisante pour justifier l’oreille (locale) accordée après une lame basse. La présence de nombreux supporters du novillero fit pencher la balance et la pétition majoritaire ne pouvait qu’être validée par le palco.

Capture d’écran 2015-08-23 à 19.43.01Le sixième, après quelques véroniques et une revolera, poussa le cheval avec insistance jusqu’à la chute, le picador (Gabin Rehabi) ayant le tort de ne pas assez appuyer sur le fer au moment de la rencontre. Quite de Younes par saltilleras avec légère bousculade, et seconde ration de fer dans les règles. Entamée par deux cambios por la espalda (et un désarmé), la faena ambidextre fut plus consistante que la première, s’achevant par une demi-lame dans le cou suivie d’une demi-ration tendida et trasera suffisante. Nouvelle pétition majoritaire et nouvelle oreille pas forcément justifiée vu la mise à mort mais plébiscitée, donc normale.

Le public devrait apprendre à regarder avant de juger et de sortir les mouchoirs. Une éducation à refaire, ou à faire. L’enseignant que je suis a appris à payer le travail au juste prix, gonfler les notes fausse le jeu  et trompe les élèves ! On ne se refait pas !

Reseña et photos : Paco.

Les commentaires sont fermés.