AccueilActualitésActualités 2017Pontonx (40). 26 février (matin). Une tienta qui unit le passé à l’avenir !

 

Après Ortega Cano, l’an passé, c’est Richard Milian qui, ce week-end, était le parrain de La Fragua 2017 dont la deuxième journée se déroulait ce dimanche 26 février à Pontonx-sur-Adour.

Richard Milian, le torero auquel la totalité du mundillo doit témoigner d’un respect total… Richard Milian qui, comme Juan Leal, a compris que l’avenir de la tauromachie passait obligatoirement par les jeunes. Le premier avec l’école, le second avec l’organisation du bolsin. C’est dans cet esprit que Maurice Berho ouvrait la tienta matinale de la seconde journée de La Fragua.

Quatre vaches de Miranda de Pericalvo, une fois encore d’une noblesse parfaite et irréprochable, même si l’éleveur aura retenu le peu d’envie de deux d’entre elles d’aller au cheval et de s’y maintenir sans alegria et élégance.

Une tienta qui a permis de revoir Richard Milian avec beaucoup de maîtrise à la cape, domptant et finalement arrêtant une petite furie. C’est là qu’on a pu voir Dorian Canto, élève d’Adour Afición, dessinant quelques passes dignes d’un grand maestro. Richard a offert aussi diverses opportunités aux élèves de son école, dont le plus petit, Tristan Barroso qui, malgré les trois pommes de ses onze ans, ne s’est pas laissé impressionner par une vache qui le dépassait largement. Mais Richard, impérial à gauche et dominant parfaitement ses changements de mains, nous a fait regretter que le temps se soit si vite échappé.

Avec la deuxième vache comme avec la dernière, Juan Leal a fait rêver quelques aficionados qui auront chaleureusement retenu sa main droite allant chercher très loin l’animal puis l’entraînant sur un recorrido très lent et interminable. Avec Juan il y a tout le corps qui torée, qui prolonge la muleta. N’y a-t-il pas un peu de sorcellerie dans tout cela ?

Autre instant délicieux, sucre d’orge pour la pincée d’aficionados présente dans les arènes de Pontonx, lorsque Richard et Juan ont décidé de toréer une vache « al alimon ».

L’ancien et le nouveau n’ont pas ménagé leur peine pour satisfaire le public.

La tienta a su être un grand moment de tauromachie. Merci à tous et à bientôt.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.

Les commentaires sont fermés.