News du Ruedo Newton.

IMG_1953Une belle fête.

Le monde est ainsi fait : à l’opéra, tous amateurs avertis ; au foot, tous sélectionneurs ; et en tauromachie, tous toreros ! C’est comme ça et nous n’y pouvons rien. Partout, Il y a d’un côté, ceux qui savent et d’un autre côté, les autres, qui savent aussi… et tous ont en commun le discours péremptoire, l’entendement de travers et le discernement acariâtre… entre les deux il y a ceux qui font, agissent et construisent… Lire la suite →

Le palmarès 2014 des Vétérinaires Taurins.

Capture d’écran 2015-01-03 à 11.56.46« L’AFVT, Association Française des Vétérinaires Taurins, a décidé d’attribuer son prix annuel, prix Pierre Daulouède, à la ganaderia salmantine de Pedraza de Yeltes, pour la qualité exceptionnelle de ses bichos, qu’il s’agisse des novillos de Garlin, des toros d’Azpeitia, et surtout ceux de Dax le 16 août 2014. Lire la suite →

Castellon. Castella deux oreilles contestées.

Vendredi 8 mars. Toros de Garcia Jimenez et Olga Jimenez, mal présentés et fades, protestés pour la plupart.

El Fandi vit sortir des chiqueras un premier toro anovillado qu’il jugea prudent d’épargner au cheval. Malgré cela, le bicho arriva éteint dans la muleta du torero de Granada. A retenir un joli quite par zapopinas et le second tiers maison. Silence. La quatrième, du même tonneau, ne permit pas davantage, malgré les efforts de Fandila pour l’animer. Bonne lame au second assaut. Palmas. Lire la suite →

Parentis : 4 et 5 août. Les reseñas détaillées.

Parentis en Born : samedi 4 août. Novillada de Valdellan.

Après le succès de cette ganaderia dans ce même ruedo, l’ADA avait décidé de répéter ce fer pour cette feria 2012. Bien qu’un ton en dessous de ceux de l’an dernier, les Valdellan ont donné un certain attrait tout au long de l’après-midi.  Pour affronter ces novillos, la terna de l’après-midi se composait d’Imanol Sanchez, de  Cayetano Ortiz et d’Antonio Puerta. Lire la suite →

Istres : 5 août. La seule oreille pour David Mora.

Pour cette corrida des fêtes d’Istres, Bernard Marsella avait choisi de présenter une corrida en lieu et place de la traditionnelle novillada. Des toros donc, venus de Salamanca et porteurs du fer d’Adélaide Rodriguez (encaste Lisardo Sanchez), de présentation correcte, et même plus que correcte, pour la catégorie de la plaza, homogènes sur la romaine mais hétérogènes au calendrier (voir tableau ci-dessous). Corrects d’armures aussi pour la majorité, avec un bémol pour le premier aux cornes vite astilladas et un sixième sûrement arreglado (voire …) dont la corne droite saigna après un passage au cheval. Quasiment tous firent leur boulot au premier tiers avec des nuances que nous détaillerons plus bas. Lire la suite →

Céret. 15 juillet (tarde). Encerrona de Fernando Robleño.

La corrida de l’après-midi était un sacré défi à relever : combattre six toros, beaucoup de toreros l’ont fait, mais combattre six toros du type de ceux qu’élève José Escolar Gil, peu l’ont réalisé (Ferrera dernièrement avec six Victorino ou Castaño avec six Miura). Des gladiateurs, au sens noble du terme, sans la connotation péjorative dont parle l’ADAC dans son livret de présentation de Céret de Toros 2012. Des toreros, des vrais ! Lire la suite →

Céret. 15 juillet (matin). Novillos d’Escobar.

Après les Saltillo du premier jour et avant les Albasserada de la tarde, l’ADAC avait choisi de présenter la rame Graciliano de Santa Coloma avec des novillos des Herederos de José Maria Escobar et de Mauricio Soler Escobar, deux fers d’encaste minoritaire et donc tout à fait dans la ligne suivie par les cérétans depuis leur quart de siècle d’existence.

Déboulèrent donc dans la placita catalane de beaux novillos bien roulés et bien armés et dont le physique s’apparentait plus à celui d’un toro que d’un novillo. Il est des plazas où les bichos qui sortent en corrida (pour figuras) sont moins bien présentés que les Escobar de cette matinale. Lire la suite →

Céret. 14 Juillet. Toros de Moreno de Silva.

Premier événement de cette feria de Céret 2012, la despedida d’El Fundi, lequel reçut une belle ovation à son entrée en piste où il s’avança seul, ses camarades restant en retrait, puis à l’issue du paseillo lorsque le public le rappela pour une belle ovation. A noter qu’un musicien exécuta en solo au tible (si je ne me trompe pas, sorte de hautbois traditionnel en usage dans les coblas) un morceau de musique pour le futur retraité du toreo. Lire la suite →

Saint-Gilles. 24 juin. Toros de Cebada Gago.

Toros de Cebada Gago pour Manuel Escribano, Alfonso Oliva Soto et Camille Juan.

Les toros du jour, correctement présentés pour la catégorie de la plaza, ont donné du jeu, sans innocence, avec ce genio et cette pointe de sentido qui maintiennent un intérêt constant.

La terna du jour, quant à elle, a mis tout en oeuvre, avec des fortunes diverses, pour assurer le succès de cette tarde qui a vu Manuel Escribano et Camille Juan Sortir a hombros aux côtés de l’éleveur. Lire la suite →

Saint-Gilles. 24 juin (matin). NSP. Erales d’Albaserrada.

BONNE PRESTATION DE SANCHEZ MEJIA

Quatre erales du Marquis d’Albaserrada pour Bastien Roullier, Santiago Sanchez Mejia, Tony El Potro et Tristan El Diego.

Fabrice Torrito, le mayoral nîmois de la ganaderia, avait amené à Saint-Gilles pour leur première sortie officielle en novillada quatre beaux erales, tous dotés d’un beau trapio et d’armures effilées, chose qu’on ne voit guère à ce niveau et souvent pas au niveau supérieur, surtout face à des figuras. Les premier et quatrième étaient de sang pedrajas, les deux autres de la souche de base fortement matinée de sang Domecq. Tous dans l’ensemble firent leur boulot et seul le manque d’opposition masqua les qualités sous-jacentes. Lire la suite →

Istres. 17 juin. Corrida de rejon.

Toros de Carmen Lorenzo et San Pelayo, bien présentés pour ce type de spectacle (point trop afeités mais souvent d’armures commodes). Tous donnèrent du jeu à des degrés divers, collaborant sans innocence et posant parfois quelques problèmes que la terna du jour sut résoudre.

La tarde commença par une minute de silence à la mémoire de Madame Fano, ganadera locale récemment disparue.

Que la famille trouve ici l’expression de ma profonde sympathie. Lire la suite →

Istres. 16 juin. Toros de Victorino Martin.

LE PLAISIR RETROUVÉ

Toros de Victorino Martin, bien présentés dans l’ensemble (poids annoncés, moins fantaisistes que la veille, de 505 à 530 kg), d’armures correctes à l’exception du premier, et qui donnèrent un intérêt soutenu à la course (à l’exception encore du premier qui ne permit guère à El Fundi de s’exprimer).

Tous prirent les deux piques règlementaires en s’employant à des degrés divers. Le quatrième fut honoré de la vuelta al ruedo posthume. Le quinto fut supérieur dans la première rencontre. Lire la suite →

Istres. 15 Juin. Toros de Nuñez del Cuvillo.

Toros de Nuñez del Cuvillo pour Antonio Barrera, José Maria Manzanares et Alejandro Talavante.

Les toros de Nuñez del Cuvillo, dont c’était la présentation à Istres, ont déçu. Déçu par leur présentation d’abord : des toros petits (poids affichés de 488 à 516 kg un peu ambitieux), souvent bizcos et/ou brochos, d’armures commodes pour la plupart, abimées pour le premier. Déçu par leur comportement ensuite: des toros d’une pique, voire d’un picotazo (à l’exception du quinto qui fut le seul à pousser, ou qui fut le seul à en avoir les moyens), et qui ensuite, malgré ces piqûres superficielles, manquèrent de force et de race. Seul le sixième (malgré une présentation light) afficha un peu de cette alegria dans la charge qui crée l’émotion. Bref, le ganadero avait envoyé un lot indigne de la réputation que la placita est en train de se créer sur l’échiquier taurin. Lire la suite →